Portugaise Automatic

IW500107

Marque  : IWC
Collection  : Portugaise
Modèle  : Portugaise Automatic
Référence  : IW500107
Complément : Acier - Bracelet Alligator
En vente depuis : 2004

11 800 €Prix neuf constaté FranceJE LA VEUX

DEMANDER UN PRIX

Demande du prix pour Portugaise AutomaticRef. IW500107

Portugaise Automatic

VOUS LA VOULEZ ? NOUS VOUS LA CHERCHONS!

Cette fonction est réservée aux membres privilégiés du site My-WatchSite.

Pour devenir membre, rien de plus simple !

  • Marque  : IWC
    Collection  : Portugaise
    Modèle  : Portugaise Automatic
    Référence  : IW500107
    Complément : Acier - Bracelet Alligator
    En vente depuis : 2004
    Prix du neuf : 11 800 €
    Diamètre : 42.3 mm
    Epaisseur : 14 mm
    Styles : Classique
    Types : Mécanique à remontage automatique
    Calibre : 51011
    Complication : Petite Seconde
    Indicateur de Réserve de Marche
    Stop-seconde
    Matière du boîtier : Acier inoxydable
    Particularité du boitier : Fond saphir
    Forme : Ronde
    Etanchéité : 30 mètres
    Couleur du cadran : Argenté
    Affichage : Aiguilles Feuille
    Index : Chiffres arabes
    Chemin de fer
    Verre : Bombé
    Saphir
    Traitement anti-reflet
    Matière du bracelet : Alligator
    Couleur du bracelet : Bleu
    Fermeture du bracelet : Boucle déployante
    + Plus de caractéristiques : Mouvement
    42 Rubis
    Remontage automatique Pellaton
    Spiral Breguet
    Masse oscillante avec médaillon en or jaune 18 ct
    Fréquence :
    21 600 alternances / heure
    Réserve de marche : 7 jours (168 h)

    Boucle en acier fin

DESCRIPTION

  • L’héritage des marins 
    En 2010, IWC a fêté ses légendaires montres Portugaise

    En 2010, IWC a fêté l’une de ses familles de montres à la tradition la plus riche: en effet, les montres Portugaise entreront dans leur huitième décennie. L’occasion rêvée pour créer de fascinantes nouveautés telles que la Portugaise Grande Complication, la Portugaise Tourbillon Mystère Rétrograde ou la Portugaise Yacht Club Chronographe. Ces instruments de précision de grand format préservent encore aujourd’hui l’héritage des marins célèbres et le transmettent aux explorateurs d’aujourd’hui. 

    «Héros des mers, noble peuple…», ainsi commence l’hymne national portugais. Il est l’expression d’une mémoire collective au sein de laquelle les grands navigateurs portugais – Vasco de Gama, Bartholomeu Dias ou Fernando Magellan – continuent à vivre aujourd’hui encore. En 1934, Fernando Pessoa écrivit «Mar português» («Ô mer salée, combien de ton sel provient des larmes du Portugal'...»), un poème qui rend un vibrant hommage à l’héroïsme des navigateurs qui, les premiers, ont permis au Portugal d’acquérir une renommée mondiale. Cinq ans plus tard, en 1939, IWC livrait les premières montres Portugaise commandées par deux importateurs de Lisbonne et de Porto, à savoir des gardetemps de précision surdimensionnés et dotés de mouvements de montres de poche, dans la plus pure tradition des instruments nautiques. C’est ainsi que naquit une nouvelle catégorie de montres qui constituent aujourd’hui un élément important de l’identité d’IWC en matière d’horlogerie et qui sont les ambassadrices mondialement convoitées de la culture horlogère à son plus haut niveau. 

    En 2010, les montres Portugaise d’IWC sont entrées dans leur huitième décennie. Elles sont restées pleinement fidèles à leur héritage historique: clarté, dimensions, précision et mécanique exigeante. C’est cette famille de montres qui est aujourd’hui dotée de la plupart des complications de Haute Horlogerie d’IWC. L’inventivité d’IWC en matière d’horlogerie, merveilleusement mise en valeur dans des boîtiers dont le diamètre varie entre 40 et 45 millimètres, est impressionnante.

    Une icône du bon goût

    Portugaise Automatic

    La Portugaise Automatic célèbre son entrée dans l’univers des beautés classiques dont l’élégance intemporelle s’allie à la perfection technique. Sa mécanique exceptionnelle, dont un remontage Pellaton, une réserve de marche de 7 jours et l’indication de la date démontrent que la grandeur n’est pas qu’une question de diamètre. Deux nouveaux modèles, l’un en acier et l’autre en or rouge, ont rejoint le cercle raffiné de ces icônes du bon goût que sont les Portugaise.

    Lorsqu’on parle de bon goût en matière d’horlogerie, à savoir une valeur universellement reconnue et estimée des connaisseurs, on en vient tout naturellement à évoquer le nom de la Portugaise Automatic. Car, depuis 2004, elle n’est pas seulement l’une des montres de la famille des Portugaise les plus demandées: elle incarne aussi, de nos jours encore, l’histoire des Portugaise dont les racines spirituelles remontent aux légendaires navigateurs portugais.

    Pour la Portugaise Automatic, l’entreprise de Schaffhausen a, au tournant du millénaire, spécialement développé la famille des grands calibres 50000 – à nouveau dotée d’un remontage Pellaton et comportant une réserve de marche de sept jours. Conçue à l’époque comme série de collection limitée, les connaisseurs se l’étaient immédiatement arrachée. Le nouveau calibre imposant d’IWC a ultérieurement été complété par l’indication de la date, afin que la Portugaise Automatic, présentée pour la première fois en 2004, soit encore mieux équipée pour la vie quotidienne. Son cadran est protégé par un double verre saphir bombé antireflet sur les deux faces. De plus, par son diamètre modéré, elle s’est rapidement imposée comme un garde-temps très prisé tant des hommes que des femmes.

    En dépit de cette modernisation technique, la Portugaise Automatic est restée le grand classique d’une époque où, sans renier l’influence de l’ère des montres de poche, l’on a cessé de les porter accrochées à une chaînette. En témoignent d’ailleurs ses fines aiguilles feuilles, les chiffres arabes appliqués, la minuterie de style «chemin de fer» et, enfin et surtout, la petite seconde à «9 heures» qui fait optiquement pendant à l’indication de la réserve de marche, située quant à elle à «3 heures». La Portugaise Automatic incarne l’équilibre sous sa forme la plus esthétique et, de ce fait, constitue l’idéal d’une icône intemporelle du bon goût ne sacrifiant pas aux modes éphémères. Elle constitue une montre fiable pour la vie quotidienne, tant par sa perfection technique que par la mise en oeuvre des progrès horlogers de ces soixante dix dernières années.
  • L’héritage des marins 
    En 2010, IWC a fêté ses légendaires montres Portugaise

    En 2010, IWC a fêté l’une de ses familles de montres à la tradition la plus riche: en effet, les montres Portugaise entreront dans leur huitième décennie. L’occasion rêvée pour créer de fascinantes nouveautés telles que la Portugaise Grande Complication, la Portugaise Tourbillon Mystère Rétrograde ou la Portugaise Yacht Club Chronographe. Ces instruments de précision de grand format préservent encore aujourd’hui l’héritage des marins célèbres et le transmettent aux explorateurs d’aujourd’hui. 

    «Héros des mers, noble peuple…», ainsi commence l’hymne national portugais. Il est l’expression d’une mémoire collective au sein de laquelle les grands navigateurs portugais – Vasco de Gama, Bartholomeu Dias ou Fernando Magellan – continuent à vivre aujourd’hui encore. En 1934, Fernando Pessoa écrivit «Mar português» («Ô mer salée, combien de ton sel provient des larmes du Portugal'...»), un poème qui rend un vibrant hommage à l’héroïsme des navigateurs qui, les premiers, ont permis au Portugal d’acquérir une renommée mondiale. Cinq ans plus tard, en 1939, IWC livrait les premières montres Portugaise commandées par deux importateurs de Lisbonne et de Porto, à savoir des gardetemps de précision surdimensionnés et dotés de mouvements de montres de poche, dans la plus pure tradition des instruments nautiques. C’est ainsi que naquit une nouvelle catégorie de montres qui constituent aujourd’hui un élément important de l’identité d’IWC en matière d’horlogerie et qui sont les ambassadrices mondialement convoitées de la culture horlogère à son plus haut niveau. 

    En 2010, les montres Portugaise d’IWC sont entrées dans leur huitième décennie. Elles sont restées pleinement fidèles à leur héritage historique: clarté, dimensions, précision et mécanique exigeante. C’est cette famille de montres qui est aujourd’hui dotée de la plupart des complications de Haute Horlogerie d’IWC. L’inventivité d’IWC en matière d’horlogerie, merveilleusement mise en valeur dans des boîtiers dont le diamètre varie entre 40 et 45 millimètres, est impressionnante.

    Une icône du bon goût

    Portugaise Automatic

    La Portugaise Automatic célèbre son entrée dans l’univers des beautés classiques dont l’élégance intemporelle s’allie à la perfection technique. Sa mécanique exceptionnelle, dont un remontage Pellaton, une réserve de marche de 7 jours et l’indication de la date démontrent que la grandeur n’est pas qu’une question de diamètre. Deux nouveaux modèles, l’un en acier et l’autre en or rouge, ont rejoint le cercle raffiné de ces icônes du bon goût que sont les Portugaise.

    Lorsqu’on parle de bon goût en matière d’horlogerie, à savoir une valeur universellement reconnue et estimée des connaisseurs, on en vient tout naturellement à évoquer le nom de la Portugaise Automatic. Car, depuis 2004, elle n’est pas seulement l’une des montres de la famille des Portugaise les plus demandées: elle incarne aussi, de nos jours encore, l’histoire des Portugaise dont les racines spirituelles remontent aux légendaires navigateurs portugais.

    Pour la Portugaise Automatic, l’entreprise de Schaffhausen a, au tournant du millénaire, spécialement développé la famille des grands calibres 50000 – à nouveau dotée d’un remontage Pellaton et comportant une réserve de marche de sept jours. Conçue à l’époque comme série de collection limitée, les connaisseurs se l’étaient immédiatement arrachée. Le nouveau calibre imposant d’IWC a ultérieurement été complété par l’indication de la date, afin que la Portugaise Automatic, présentée pour la première fois en 2004, soit encore mieux équipée pour la vie quotidienne. Son cadran est protégé par un double verre saphir bombé antireflet sur les deux faces. De plus, par son diamètre modéré, elle s’est rapidement imposée comme un garde-temps très prisé tant des hommes que des femmes.

    En dépit de cette modernisation technique, la Portugaise Automatic est restée le grand classique d’une époque où, sans renier l’influence de l’ère des montres de poche, l’on a cessé de les porter accrochées à une chaînette. En témoignent d’ailleurs ses fines aiguilles feuilles, les chiffres arabes appliqués, la minuterie de style «chemin de fer» et, enfin et surtout, la petite seconde à «9 heures» qui fait optiquement pendant à l’indication de la réserve de marche, située quant à elle à «3 heures». La Portugaise Automatic incarne l’équilibre sous sa forme la plus esthétique et, de ce fait, constitue l’idéal d’une icône intemporelle du bon goût ne sacrifiant pas aux modes éphémères. Elle constitue une montre fiable pour la vie quotidienne, tant par sa perfection technique que par la mise en oeuvre des progrès horlogers de ces soixante dix dernières années.
  • Marque  : IWC
    Collection  : Portugaise
    Modèle  : Portugaise Automatic
    Référence  : IW500107
    Complément : Acier - Bracelet Alligator
    En vente depuis : 2004
    Prix du neuf : 11 800 €
    Diamètre : 42.3 mm
    Epaisseur : 14 mm
    Styles : Classique
    Types : Mécanique à remontage automatique
    Calibre : 51011
    Complication : Petite Seconde
    Indicateur de Réserve de Marche
    Stop-seconde
    Matière du boîtier : Acier inoxydable
    Particularité du boitier : Fond saphir
    Forme : Ronde
    Etanchéité : 30 mètres
    Couleur du cadran : Argenté
    Affichage : Aiguilles Feuille
    Index : Chiffres arabes
    Chemin de fer
    Verre : Bombé
    Saphir
    Traitement anti-reflet
    Matière du bracelet : Alligator
    Couleur du bracelet : Bleu
    Fermeture du bracelet : Boucle déployante
    Plus de caractéristiques : Mouvement
    42 Rubis
    Remontage automatique Pellaton
    Spiral Breguet
    Masse oscillante avec médaillon en or jaune 18 ct
    Fréquence :
    21 600 alternances / heure
    Réserve de marche : 7 jours (168 h)

    Boucle en acier fin