Richard Mille passe en mode vibreur

Publié le : 18/10/2019
Catégories : ACTUALITES , ACTUALITES MARQUES , RICHARD MILLE

Nouvelle retentissante chez Richard Mille qui dévoile une complication inédite avec une RM 62-01 Tourbillon Alarme Vibrante ACJ dont la particularité est d'être équipée d'une alarme, non pas sonnante mais vibrante et silencieuse.

Nicolas YVON avec Chloé REDLER 

Célèbre pour ses instruments atypiques et avant-gardiste, Richard Mille renouvelle son partenariat avec la compagnie aérienne haut de gamme Airbus Corporate Jets (ACJ). Après une RM 50-02 Tourbillon ACJ sortie en 2016, les deux maisons   mettent en commun leurs savoir-faire pour continuer à surprendre en donnant naissance à une étonnante RM 62-01 Tourbillon Alarme Vibrante ACJ. 

En série limitée à seulement 30 exemplaires, cette édition en titane et carbone protège un mouvement squelette à remontage manuel dont la conception a nécessité plus de cinq ans de développement. Et pour cause. Merveille de micromécanique, cette RM 62-01, dont le nom complet résume la fonction, possède un calibre à tourbillon mais aussi, et surtout, un innovant dispositif d'alarme qui utilise une transmission par vibrations…à l’image d’un téléphone portable ! Pensée pour fonctionner dans un lieu feutré et confiné, cette complication inédite et très ingénieuse est totalement silencieuse, pour éviter d’indisposer toute personne de son entourage. En effet, c'est par une petite vibration que le porteur de la montre est informé de ses rendez-vous et des heures importantes, notées dans son emploi du temps de la journée. Sensitive, cette alarme mécanique se règle très simplement à l’aide de la couronne à 3h, tandis que sa réserve de marche se remonte intuitivement par pressions sur le poussoir à 8h (douze fois pour une recharge complète).

De forme tonneau, la RM 62-01 est constituée d’une première lunette en titane grade 5, et d’une seconde en Carbone TPT®. Ce matériau high-tech de couleur noire compose aussi la carrure et rappelle esthétiquement les veines du bois des cabines sur mesure, dessinées par Sylvain Mariat, responsable du bureau de design créatif ACJ. Mûrement réfléchie par les ingénieurs, cette combinaison titane-carbone assure aux vibrations une transmission idoine jusqu’au poignet. Technique à plus d'un titre, cette montre s'adresse également aux globe-trotters en affichant un second fuseau, ici appelé UTC (Temps Universel Coordonné), sur 24 heures, et un indicateur AM/PM, sans oublier une grande date, un indicateur de réserve de marche (70 heures) et un sélecteur de fonctions : autant de spécificités qui séduiront les riches hommes d’affaires rompus aux jet lags que les collectionneurs de pièces de haute horlogerie avant-gardistes.

Derniers détails et non des moindres : son verre saphir en forme d’hublot et le décor de la couronne qui fait référence aux pales des réacteurs sont autant d’éléments inspirés de l’aéronautique, terrain de jeux de la manufacture Richard Mille, qui définit elle-même la RM 62-01 comme sa montre la plus complexe. En intégrant dans un seul et même petit espace, 816 composants, 2 barillets, 7 aiguilles, 11 affichages et une cage de tourbillon, il est vrai que nous sommes en présence d'une véritable prouesse horlogère ! 

Plus besoin d’agenda donc pour les trente heureux et privilégiés acquéreurs de cet instrument atypique, mais un gros compte en banque est nécessaire, vu son prix stratosphérique de 1 271 500 euros.

MARQUES ASSOCIEES

liserer liserer
liserer Richard Mille
liserer
liserer liserer

Partager cet article

Ajouter un commentaire

 (avec http://)