VIDEO FRANK SANS C

En mode plongée… mais pas que !

Souvent synonymes de performance et de technicité, les montres de plongée surfent sur les nouvelles collections des manufactures horlogères. Au-delà de proposer des pièces à l’allure ultra sportive, les maisons présentent des instruments liés à la plongée sous-marine ou aux activités nautiques extrêmes. Il est l’heure de plonger dans le grand bain avec Mido, Seiko, TAG Heuer et Blancpain.

Par Chloé Redler

MIDO, Ocean Star Decompression Worldtimer

Au style néo-vintage, la Mido Ocean Star Decompression Worldtimer est la digne héritière d’un modèle des années 1960, l’Ocean Star Skin Diver Watch.

La montre de l’homme-grenouille globe-trotteur

Inspirée du modèle Ocean Star Skin Diver Watch des années 1960, la nouvelle Ocean Star Decompression Worltimer de Mido en acier de 40,5 mm de diamètre est une édition spéciale qui, en plus d’indiquer les temps de décompression, affiche un second fuseau horaire. Certes originale, la montre s’illustre par son cadran pourvu d’échelles multicolores qui fournissent de nombreuses indications. Les temps de décompression à une profondeur de 6 mètres sont marqués par quatre cercles : jaune, vert, rose et bleu. Munie d’un insert en céramique bleue, la lunette tournante bidirectionnelle est agrémentée du nom des principales villes du monde.

L’instrument affiche les temps de décompression à une profondeur de 6 mètres par cercles jaune, vert, rose et bleu.

D’une couleur rouge qui contraste avec l’ensemble déjà bien coloré, une grande flèche pointe l’heure du second fuseau horaire. Tandis que les autres aiguilles diamantées des heures, des minutes et des secondes désignent l’heure de l’endroit que l’on habite, la « home time » comme l’aime à préciser Mido. Pour une lisibilité optimale en toutes circonstances, l’ensemble des éléments est recouvert de matière luminescente, protégé par un cadran au verre saphir « glassbox », comme le plexiglas du modèle originel. Rétro à souhait.

Côté mécanique

L’Ocean Star Decompression Worldtimer de Mido arbore un fond plein vissé décoré d’une étoile de mer en relief.

Étanche jusqu’à 200 mètres, la Ocean Star Decompression Worldtimer est animée par un calibre automatique 80 équipé d’un spiral en Nivachron™, doté d’une confortable réserve de marche de 80 heures. Petit bémol : son fond plein vissé gravé d’une étoile de mer qui ne laisse pas entrevoir la masse oscillante décorée de Côtes de Genève. Laissons alors l’imagination travailler. Associée à un bracelet en caoutchouc bleu marine, elle est livrée avec un second bracelet en maille milanaise, interchangeable en un seul clic.

Montre de plongée ? Pas si sûr...

Certains sceptiques auront à redire sur cette montre Mido qui n’est pas une montre de plongée au sens strict de la norme ISO 6425. En effet, sa lunette est bidirectionnelle, la trotteuse n’est pas recouverte de matière luminescente… Mais avouons-le, cette édition a de quoi séduire l’homme-grenouille globe-trotteur !

Prix : 1 360 euros

Détails techniques :

Mouvement automatique Mido Calibre 80 (base ETA C07.661)
Spiral Nivachron™
Masse oscillante décorée de Côtes de Genève
Fonctions HMSD + GMT 24 h. Réglé sur trois positions différentes pour une haute précision
Réserve de marche de 80 heures
Boîtier en acier de 40,5 mm
Lunette tournante bidirectionnelle avec bague en aluminium bleu et marquage argenté
Verre saphir box
Couronne et fond vissés avec étoile de mer en relief polie
Étanche jusqu’à 200 mètres
Bracelet en caoutchouc texturisé bleu marine
Boucle ardillon polie avec logo Mido gravé
Cadran bleu
Date à 3 h
Échelle de décompression représentée par 4 cercles de couleur (jaune, vert, rose et bleu)
Aiguilles des heures et des minutes diamantées plat, aiguille du 2e second fuseau horaire vernie rouge, garnie de Super-Luminova® nature.

LE SITE DES MONTRES MIDO

SEIKO, Prospex Automatique Diver’s 200 m – Collection Save the Ocean

En matière de montres de plongée, Seiko s’est forgée, depuis les années 1960–1970, une solide réputation avec des références fiables et robustes. Une réputation éprouvée par un grand nombre d’explorateurs partis à la conquête des pôles nord et sud.

Seiko enrichit sa collection Prospex avec trois nouvelles réinterprétations modernes des montres de plongée des années 1960-1970.

C’est d’ailleurs pour leur rendre hommage que la manufacture présente une trilogie – issue de la collection Save the Ocean – dont les cadrans s’inspirent des couleurs des glaciers. Passant du blanc au bleu profond par le bleu ciel – voire bleu glacier – la finition texturée rappelle les veines de la glace.

Réinterprétation d’une montre de plongée qui fut le premier modèle de la manufacture doté d’une étanchéité à 300 mètres.

La version, présentée par Frank Sans C, possède quant à elle, un cadran bleu glacier rehaussé d’une lunette bleu marine. Elle est une réinterprétation de la Diver’s de 1968, la première montre Seiko étanche jusqu’à 300 mètres et dotée d’un mouvement automatique oscillant à 10 alternances par seconde. De 42 mm de diamètre, cette Seiko Prospex est usinée en acier avec un revêtement très dur pour mieux résister aux rayures et aux chocs. D’allure sportive, elle est animée par un calibre automatique, équipé d’une réserve de marche de 70 heures et d’une forte résistance magnétique. Aux pôles, c’est toujours très utile !

La Seiko Prospex Automatique Diver’s 200 arbore un cadran texturé de couleur bleu glacier rappelant la surface des glaciers.

Véritable instrument de plongée, elle en présente tous les attributs : couronne et fond vissés, aiguilles et index recouverts de matière luminescente longue durée (Lumibrite) pour une lisibilité optimale dans les profondeurs des eaux polaires et étanchéité allant jusqu’à 200 mètres. Ultime détail : sa trotteuse est originale avec ses repères en deux parties, bleu glacier et blanc.

Prix : 1 350 euros

Consulter la fiche de la Seiko Prospex Automatique Diver’s 200 m.

LE SITE SEIKO

TAG HEUER, Aquaracer Professional 200 Solargraph

Taillée pour l’aventure, l’Aquaracer Professional 200 Solargraph de TAG Heuer est une montre sportive, robuste et surtout légère. En effet, elle tient sa légèreté du matériau dans lequel elle est usinée, le titane.

L’Aquaracer Professional 200 Solargraph de TAG Heuer offre robustesse, confort et durabilité.

Et par le fait qu’elle est également, non pas animée par un calibre automatique mais, par un mouvement solaire. Développé en étroite collaboration avec la manufacture suisse La Joux-Perret, ce module solaire TH 50-00 est l’un des plus aboutis du marché. Il suffit de deux minutes seulement d’exposition directe au soleil pour qu’il fonctionne toute la journée. Et de 20 heures pour qu’il donne l’heure pendant six mois ! Il fonctionne aussi avec la lumière artificielle donc aucun problème si le soleil n’est pas au rendez-vous.

Soleillé noir, le cadran est contrasté par une aiguille des secondes et des repères de couleur bleu glacier.

Une performance remarquable, car l’instrument est équipé d’une trotteuse centrale des secondes de couleur bleue polaire et d’un disque de date, deux fonctions très énergivores. Côté design, le boîtier de 40 mm de diamètre, étanche à 200 mètres, abrite un cadran soleillé noir aux godrons horizontaux. Il est contrasté par des aiguilles et des index revêtus de matière luminescente et d’une date, placée à 3 h.

Avec ses aiguilles et ses index revêtus de Super-LumiNova®, la TAG Heuer Aquaracer Professional 200 Solargraph peut être lue par son propriétaire en toutes circonstances.

Au verso, le fond plein vissé en titane est gravé de la rose des vents, un clin d’œil pour les aventuriers pour qu’ils ne perdent pas le nord.

Le fond plein vissé en titane orné de la rose des vents.

Prix : 2 950 euros

Consulter la fiche technique de la TAG HEUER Aquaracer Professional 200 Solargraph.

LE SITE DES MONTRES TAG HEUER

La cerise sur le plateau

BLANCPAIN, Fifty Fathoms 70th Anniversary Act 2 : Tech Gombessa

Montre de plongée par excellence, la nouvelle Fifty Fathoms 70th Anniversary Act 2 Tech Gombessa est un modèle exclusif équipé d’un dispositif qui permet de mesurer les temps d’immersion allant jusqu’à 3 heures.

La Blancpain Fifty Fathoms 70th Anniversary Act 2 Tech Gombessa, montre de plongée par excellence.

Co-développée par Marc A.Hayek, président & CEO de Blancpain, fervent plongeur, et Laurent Ballesta, fondateur du projet Gombessa, cette innovation – brevetée – est symbolisée par une lunette unidirectionnelle avec un insert en céramique, spécialement graduée sur une échelle de 3 heures. Elle est associée à une aiguille dédiée qui effectue un tour complet dans ce temps imparti. Celle-ci fait partie d’un cadran de couleur noire d’une lisibilité optimale. En effet, l’heure se lit facilement en toute situation, avec les index et les chiffres imposants dits « blocks », luminescents orange à émission bleue.

Étanche à 300 mètres, le boîtier en titane est équipé d’une valve à hélium, qui, une fois actionnée, libère le gaz lors de la phase de décompression.

Légère malgré son diamètre de 47 mm, elle est usinée en titane grade 5 ELI – le titane le plus pur qui soit car il a peu d’inclusions – très résistant à la corrosion. Véritable instrument de plongée, la Tech Gombessa est étanche jusqu’à 300 mètres et possède une valve à hélium qui facilite l’évacuation du gaz pendant la phase de décompression et empêche d’endommager la montre. De belle facture, le calibre offre 120 heures de réserve de marche grâce à ses trois barillets.

Estampillée des logos des expéditions Gombessa, la masse oscillante en or gris présente une forme ajourée, composée de trois grandes ouvertures.

Il est aussi muni d’une masse oscillante ajourée en or gris gravée du logo « Gombessa » et d’un Cœlacanthe – un poisson que l’on croyait disparu depuis des millions d’années – photographié et filmé pour la première fois par Laurent Ballesta lui-même.

Prix : 28 700 euros

Consulter la fiche technique de la Blancpain Fifty Fathoms 70th Anniversary Act 2 Tech Gombessa.

LE SITE DES MONTRES BLANCPAIN

À voir aussi :

À lire également :