ESCAPADE AUTOMNALE

Lisbonne, du neuf au 9Hotel Mercy

Posé au sommet du Chiado, la colline qui domine la capitale portugaise, cet établissement en est devenu la signature. Juste récompense pour un heureux mariage : une façade historique totalement intégrée au quartier ; et à l’intérieur, une audacieuse mise en valeur des codes hôteliers du jour.

Par Jean-Pierre Chanial
Séjour au 9Hotel Mercy pour une escapade automnale à Lisbonne.

Certains ouvrent des yeux ronds et parlent de miracle. D’autres savourent un monde qu’on pensait oublié. Celui d’une rue paisible, d’une ambiance sereine qui permet de demander l’heure à un quidam sans qu’il bondisse en arrière, du célèbre tramway jaune, plus poussif que jamais, grimpant la colline en sonnant de la cloche, de papotages qui s’éternisent sur les pavés polis par des siècles de godasses pas plus pressées que ça. Heureuse Lisbonne. 

Alors, on lève les yeux. Et on admire les façades sculptées ou tapissées de faïences, les balcons de pierre ou de fer forgé, les portes monumentales qui racontent un palais, un monastère, une courée. Ou encore un passage secret capable de mener à la terrasse d’un café branché. Un verre de vinho verde (petit blanc sans prétention), un pasteis de nata (mini-flan servi tiède, une tuerie), bienvenue au Chiado, le quartier enchanteur de la capitale. Il conjugue patine du temps, animation, boutiques, atmosphère arty et plaisir d’en être. 

Le 9Hotel Mercy : noir et lumière

Son étoile s’appelle Mercy. L’hôtel 4 étoiles de 47 clefs doit son nom à la rue de la Misericordia. La miséricorde en français. Mais l’établissement opte pour l’anglais, manière d’éviter à sa clientèle internationale de consulter Google.

Les salons de 9Hotel Mercy de Lisbonne.

Qu’importe, l’état de grâce prévaut. Des aménagements intimistes, un lobby tout de noir et d’or, des fauteuils et une machine à café parce qu’ici, on aime prendre son temps, et direction les chambres. 

De noir et d’or, la décoration percée de lumière est douce et chaleureuse.

Le décorateur a soigné son ouvrage. Le noir encore (murs, dessus de lit, mobilier, tentures…) mais percé de lumière, le trait d’une lampe, l’éclat d’une applique en métal, les opales d’un spot vif tamisé par une paroi de verre sombre (celle de la salle de bains, par exemple). Une réussite. Elle installe la douceur et l’ambiance cocon qui sied à la pause ou qui prépare au sommeil réparateur. Au passage, bravo pour les produits de soins posés dans la salle de bains.

Enfin, voici un hôtel qui ne sacrifie pas aux grosses bombonnes suspendues à côté du lavabo, mais persiste à offrir de petits flacons logotés avec humour : Be fun (gel douche), Be smart (shampooing), Be happy (conditionner) et Be cool (lait corporel). Un bureau avec toutes les prises nécessaires et un ensemble Nespresso complètent l’agrément. Ce serait incongru mais une (courte) séance de travail peut donc être programmée, à l’abri de la ville qui bourdonne tout autour.

Tarifs sages au 9Hotel Mercy

Pour en prendre la mesure, direction le roof top. Au 6ème étage du Mercy, vue grand écran sur le château Saint-Georges. Ses murailles gardent la ville en surveillant le Tage depuis une éternité tout comme l’océan de tuiles rouges que percent des dizaines de clochers.

Situé au 6e étage du 9Hotel Mercy, le rooftop offre une vue imprenable sur Lisbonne.

Les Lisboètes gardent toujours un œil sur le ciel avec une petite prière au fond de leur cœur. Le bar plein ciel est ouvert. Son charme tient à ses dimensions modestes, il accueille tout au plus une vingtaine de lianes court-vêtues au bras de leur bad boy mal rasé. On trinque, vite ami-ami, les tarifs sont plus sages que le sera la nuit qui pointe, 9 euros le spritz ou le mojito, 4 la bière, 90 la bouteille de Moët et Chandon. Tchin !

Le Carnal, le restaurant du 9Hotel Mercy d’inspiration mexicaine.

L’affaire se poursuivra au Carnal, la table de l’hôtel. Restaurant de gastronomie mexicaine revisitée new age, il ne désemplit pas et ponctue un ensemble d’avant-garde, hôtel, bar, table, propre à doper la légende du Chiado comme de Lisbonne. 

La ville s’impose actuellement comme le phare des escapades en Europe, le Mercy en devient le repaire trendy, la marque des nouvelles audaces. Normal. L’établissement est l’une des onze adresses du très discret groupe 9Hotel, installées dans les spots les plus modes d’Europe, Paris (quatre implantations), Bruxelles (trois), Genève (une), Rome (deux) et donc, Lisbonne.

Sésame pour le bonheur

Juste à côté de l’hôtel, la rue de la Misericordia bute sur la place du même nom et l’église Sao Roque. Son parvis est gardé par une statue d’Antonio Viaja (1608-1697), un prédicateur jésuite, entouré des bambins indiens d’Amazone dont il se faisait le protecteur. Devant, un petit kiosque sert café, douceurs et billets de loterie. Un autre bronze de taille réelle représente un vendeur de jadis, gapette sur le crâne et clope au bec. Il tend un ticket poli par des milliers de caresses, celle des joueurs venus acheter leur sésame pour le bonheur. Les promeneurs savourent la photo. Signée Mercy, c’est cadeau. 

Au pied du célèbre tramway jaune lisboète, le 9Hotel Mercy impose par sa façade sculptées et tapissées de faïences bleues.

Informations pratiques

Cet hiver 2022-23, compter entre 110 euros (chambre double) et 190 euros (suite) la nuit pour deux.
Petit déjeuner : 20 euros.

9Hotel Mercy, 76, rua de la Misericordia, Lisbonne.
Tél. : 00 351 21 248 14 80
info@le9hotel-mercy.com et

www.9-hotel-mercy-lisbon.pt