Nouveautés De Ville Prestige

Ô cadran, mon beau cadran…

Dis-moi qui est la plus belle ? Difficile de choisir parmi toutes les déclinaisons des nouvelles De Ville Prestige d’Omega. Au-delà d’un calibre ultra-précis et performant, leurs cadrans méritent vraiment l’attention. Qu’ils soient soleillés, brossés vertical ou encore estampés des motifs « clous-de-Bienne », ils hypnotisent par leurs subtiles et délicates décorations.

Par Chloé Redler
Cure de jouvence pour les nouvelles déclinaisons de la De Ville Prestige de la maison Omega.

La De Ville Prestige, dernière génération 

Plus fin, le profil de la De Ville Prestige s’adapte harmonieusement au poignet.

Digne héritière de la Seamaster De Ville, cette collection au style intemporel – lancée en 1994 – se fait plus discrète que ses consœurs Speedmaster Moonwatch Professional et autres Seamaster. Cependant, elle n’en est pas moins une des lignes emblématiques de la maison Omega qui la remet cette année sur le devant de la scène. 2022 sonne pour elle, l’heure du renouveau autant sur le plan mécanique qu’esthétique. 

Allégée, la coque des nouvelles De Ville Prestige adopte un style plus épuré.

De Ville Prestige, l’élégance en mouvement 

Précises et performantes, toutes les références mécaniques sont certifiées Master Chronometer.

Cette troisième génération de garde-temps féminins et masculins affiche désormais la certification Master Chronometer (pour les modèles mécaniques), gage de précision, de performance et de résistance magnétique. Quatre calibres différents sont proposés avec des fonctions propres à chacun : mécanique avec réserve de marche et petite seconde ; avec petite seconde ; avec trois aiguilles centrales ; et à quartz. Ces mouvements distincts animent une multitude de variations possibles qui se distinguent par les diamètres (41, 40, 34, 30, et 27,5 mm), les boîtiers (or Sedna™, acier, or jaune, et bicolore) et les bracelets (or Sedna™, acier, or jaune, bicolore, cuir et cuir pailleté). S’ajoute une suite de cadrans précieux qui attirent le regard aux moindres mouvements de poignet.

La maîtrise du cadran

De 41 mm de diamètre, cette référence arbore un cadran bombé bleu ciel en PVD à la finition 2-en-1 exclusive d’Omega : motif vertical aléatoire et finition brossée soleil – 5 800 euros (sur bracelet cuir bleu).

Abrités dans un boîtier appelé « triple pomme » inhérent à la collection et protégé par un verre saphir bombé, les cadrans sont subtilement creusés sur le dessous. Ce processus technique complexe apporte ainsi profondeur et intensité à la lecture de l’heure. Également arrondis, les chiffres arabes et les aiguilles en suivent les courbes pour un ensemble des plus harmonieux. Il faut souligner le travail des ateliers de la maison sur les finitions et le choix des couleurs des cadrans.

Cette édition de 41 mm en or Sedna™ et en acier affiche un indicateur de marche placé et un guichet de date à 6 h – 10 400 euros.

Parfois soleillés, ils sont aussi agrémentés de la technique 2-en-1 d’Omega, un procédé où le motif vertical aléatoire est associé à une finition brossée soleil. Lumineux.

Cette montre-bijou de 27,5 mm présente un cadran en nacre blanche dont les reflets irisés le subliment à chaque mouvement de poignet – 31 200 euros.

La nacre blanche ou Tahiti est aussi de la partie. Toutefois, coup de cœur pour le motif « Clous-de-Bienne » qui a su se faire remarquer et donne à la montre toute son originalité.

Sur ce modèle de 40 mm en or jaune, le cadran bombé argenté arbore un motif « clous-de-Bienne » estampé et une finition opaline – 12 700 euros.

Lavande, bleu ciel, saumon, vert matcha, sapin ou foncé, bordeaux, rose sable ou argenté, Moonshine™ Gold, platinor, gris ou noir, ces nuances inondent la collection De Ville Prestige pour le plaisir des yeux. On a qu’une envie : les collectionner.

La De Ville Prestige ou le champ des possibles : matériaux, bracelets, cadrans…

LE SITE D’OMEGA

À voir aussi :

À lire également :