L’exposition Crystallization of time de Cartier illumine Tokyo

Par MyWatch

Après avoir été inauguré en 1989 au Petit Palais, à Paris, l’exposition « Cartier, Crystallization of time », forte de son succès, continue son tour du monde pour s’installer au Jalon, au National Art Center de Tokyo (NACT) jusqu’au 16 décembre.

Chloé REDLER et Kassandre FRADELIN

Avec plus de trente-quatre expositions mondiales à son actif, le « joaillier des rois et roi des joailliers » présente cette fois-ci une sélection de bijoux d’exception, issue du riche patrimoine de la maison, au côté de modèles plus contemporains. Une première pour Cartier, qui révèle au total plus de trois cents pièces provenant du monde entier dont la plupart, appartenant à des collections privées, n’ont jamais été exposées au grand public, dans une mise en scène architecturale audacieuse.

Soutenue par l’Ambassade de France et l’Institut français du Japon, « Cartier, Crystallization of time » est le résultat d’une mise en scène parfaitement orchestrée par les scénographes Hiroshi Sugimoto et Tomoyuki Sakakida qui ont fait le choix d’une organisation tripartite. Le premier mouvement, « Transformation des Matériaux », étudie à la fois les techniques d’artisans qui travaillent les pierres précieuses et l’évolution des couleurs. Le second mouvement, « Formes et Conceptions », souligne la beauté des matières sans lien avec la joaillerie et qui deviennent, grâce à l’art de Cartier, de remarquables créations artistiques. Quant au dernier mouvement, intitulé « Cultures et Inspirations », il témoigne de l’interaction entre les différentes civilisations et l’art de la maison joaillière. C’est ici que l’on observe, entre autres, le Chimera bracelet, d’origine grecque, ou encore la Broche Scarabée dont l’inspiration vient directement des bijoux sacrés égyptiens.

Dédié à mettre en exergue l’innovation, l’originalité et la modernité de Cartier, les objets précieux sont exposés par paire. Ceux-ci sont aujourd’hui de concrets témoignages de l’histoire de la Maison et de l’évolution artistique des créations du joaillier.

Au-delà de la mise en scène, l’exposition ouvre une véritable réflexion sur le temps. Les bijoux deviennent de formidables archives de l’évolution de l’art ornemental et des sociétés depuis la fin du XIXème siècle. C’est justement cette idée du temps qui passe que veut explorer Yayoi Motohashi, conservatrice au NACT. Dès l’entrée, dans l’enfilade d’un long couloir, le visiteur est ainsi confronté à une immense horloge : impossible d’échapper au temps, impossible de nier le temps qui s’écoule.

Ultime détail et non des moindres, la célèbre panthère de Cartier trouve aisément sa place dans l’exposition. Apparue pour la première fois en 1910 sur la lunette d’une montre-bracelet pour femme, elle est rapidement devenue l’animal totem de la maison Cartier. Elle pose son envoûtant regard félin sur cette exposition à nulle autre pareille qui, à travers la beauté des pierres précieuses et l’éclat éternel des diamants, constitue un sublime témoignage de l’art joailler à travers le temps.

Plus de renseignements sur l’exposition en suivant ce lien : CARTIER CRYSTALLIZATION OF TIME

Légendes et Crédits photos, de haut en bas :

Chapter 1: Material Transformation and Colors “ Treasure Pieces ” New Material Research Laboratory (NMRL) © N.M.R.L./ Hiroshi Sugimoto + Tomoyuki Sakakida

Chapter 1: Material Transformation and Colors “Necklace” New Material Research Laboratory (NMRL) © N.M.R.L./ Hiroshi Sugimoto + Tomoyuki Sakakida

Chapter 2: Forms and Designs New Material Research Laboratory (NMRL) © N.M.R.L./ Hiroshi Sugimoto + Tomoyuki Sakakida

Chapter 3:Universal Curiosity New Material Research Laboratory (NMRL) © N.M.R.L./ Hiroshi Sugimoto + Tomoyuki Sakakida

Chapter 3:Universal Curiosity “ Treasure Pieces ” New Material Research Laboratory (NMRL) © N.M.R.L./ Hiroshi Sugimoto + Tomoyuki Sakakida