L’or 18 carats inédit d’Hublot

Par MyWatch
C’est le Jeudi 15 Décembre à la Manufacture Hublot à Nyon que Jean-Claude Biver, CEO de Hublot, et Andreas Mortensen, professeur à l’EPFL(Ecole Polytechnique Fédérale de Lausanne) ont dévoilé ensemble à Nyon, dans les locaux du département Métallurgie de la manufacture Hublot, des nouveaux alliages qui bouleversent les caractéristiques des matières précieuses et permettront peut-être également de donner naissance à de nouveaux alliages pour l’industrie de la Haute Technologie.
Ce qui est présenté est une véritable « fusion » entre l’or 24 carats (la matière noble par excellence, produit de la nature), et les dernières connaissances high-tech sur les matériaux. Près de trois années de collaboration et de recherches ont réussi à obtenir ce résultat : un or inédit, protégé par des demandes de brevets, noble et titré 18 carats par le Bureau du contrôle des Métaux Précieux, conférant au précieux métal une quasi inaltérabilité tout en conservant ses qualités propres. L’or 18 carats de Hublot devient ainsi le premier or au monde à être inrayable, ce qui élimine le point faible traditionnel de l’or et de ses alliages.
La dureté mesure la résistance des matériaux à l’indentation ; doubler la dureté d’un matériau c’est doubler la force requise pour une indentation donnée. Si l’or 18 carats « standard » bien conçu peut atteindre les 400 Vickers de dureté, l’or de Hublot a une dureté proche de 1000 Vickers (la plupart des aciers trempés atteignent 600 Vickers).L’or de Hublot est donc l’or le plus dur du monde, et de loin : seul le diamant pourra véritablement « rayer » l’or de Hublot.
Pour leur élaboration, les composants réalisés dans cette matière suivent un processus complexe : une poudre de carbure de bore est préalablement mise en forme par pressage isostatique à froid dans des moules s’approchant de la forme finale des pièces, telles que boîtes de montre, bracelets, bagues, etc. Cette céramique, parmi les plus dures qui soient, est aussi très réfractaire : les préformes sont ensuite durcies à très haute température, créant une structure rigide et poreuse sans en modifier la forme. Après cette opération, de l’or liquide en fusion est infiltré à très haute pression. Cette opération s’effectue sous pression de gaz inerte à température et pression suffisamment élevées pour que le métal en fusion remplisse les pores de la céramique, réalisant la « fusion » des deux en un seul nouveau matériau. Le Magic Gold 18 carats ainsi obtenu se compose obligatoirement comme tous les autres alliages 18 carats de 750 pour mille d’or pur, mais grâce à la présence de la céramique, sera contrairement à l’or 18 carats traditionnel, inrayable.
Hublot a maintenant dépassé le stade expérimental de ce nouvel or, et s’est doté des moyens permettant d’entièrement produire cette nouvelle matière en interne dans sa Manufacture grâce à une véritable fonderie « high-tech » intégrant des procédés comme le frittage des céramiques réfractaires ou la coulée des métaux sous haute pression. Les premières montres réalisées en Magic Gold seront présentées lors de la Foire de Bâle (BaselWorld) 2012.
  • Un or 18 carats inédit a été développé par Hublot en collaboration avec l'EPFL.
  • Jean-Claude Biver, CEO de Hublot, dans les locaux du département Métallurgie de la manufacture.
  • Jean-Claude Biver, CEO de Hublot, présente l'art de la fusion.