VIDEO Frank Sans C

Longines Ultra-Chron : automatiquement super précise

Attachée à entretenir le souvenir de son histoire forte d’un savoir-faire séculaire, la maison Longines lance régulièrement des pièces appelées à devenir des jalons dans ce travail de mémoire. Aujourd’hui, la marque au logo formé d’un sablier ailé lance la nouvelle Longines Ultra-Chron, une pièce automatique inspirée d’un modèle de légende trop longtemps oublié.

Par Vincent Daveau

 A force de communication tout azimut de la part des marques horlogères, les amateurs de montres s’y perdent parfois lorsqu’il s’agit pour eux de savoir quelles sont leurs spécialités. Dans le cas de Longines, il serait juste que soit fait pour elle un vrai bilan de compétences car cette auguste maison a souvent été à l’origine de bien des avancées techniques dans l’univers dont elle occupait longtemps le haut de la pyramide. 

Petit flash back historique

On sait aujourd’hui que cette entreprise pionnière en matière de développements industriels a été la première à proposer, avec la montre Zulu Time (voir notre article sur les nouvelles Longines Spirit Zulu Time), un garde-temps de poignet équipé d’une fonction GMT à l’approche des années 1930. Une date à laquelle cette maison ayant des ailes avait également senti l’importance d’être présente dans le secteur aéronautique. On oublie aussi que Longines possède une expérience plus que centenaire dans le domaine de la haute fréquence horlogère. Dès 1914, elle a mis au point des mouvements à haute fréquence oscillant à 36 000 alternances par heure pour ses chronomètres destinés à mesurer les exploits sportifs au 1/10ème de seconde.

Chronographe professionnel haute fréquence et à rattrapante au 1/10e de seconde 

Sur sa lancée, elle proposait en 1916 un chronomètre doté d’un balancier oscillant au rythme fou de 360 000 alternances par heure (50 hertz) afin de relever précisément les temps au 1/100ème de seconde.

Chronomètre avec mouvement haute fréquence de 50 Hz pour mesurer au 1/100e de seconde 

Pour garantir la lecture de ces fractions, l’aiguille de seconde fait un tour de cadran en 3 secondes et l’instrument est conçu pour donner ce temps sur une durée de 3 minutes (cadran à 12 heures). Viennent ensuite, à partir de 1959 les montres bracelets équipées de mouvement à haute fréquence. Si la première réalisée à 200 exemplaires entre 1958 et 1963 est essentiellement destinée aux seuls concours d’observatoires qui animent alors la communauté horlogère, le modèle Ultra-Chron de 1966 ouvre quant à lui l’ère des produits de série.

1966 : Ultra-Chron, la montre-bracelet de précision à haute fréquence.

Ultra précises avec une avance n’excédant pas la minute par mois soit 2 secondes par jour, ces références rencontrent un grand succès auprès des adeptes de précision.

Proche de l’actuelle Longines Ultra-Chrono, cette édition date de 1968.

Le modèle est suivi en 1968 par l’Ultra-Chron Diver, la première montre de plongée à haute fréquence. 

Un jalon entre hier et aujourd’hui

C’est très précisément de ce produit dont s’est inspiré le bureau de Longines pour concevoir cette nouvelle génération de garde-temps portant la dénomination d’Ultra-Chron. Comme le modèle de 1968, cette pièce en acier de 43 mm de diamètre de forme coussin se dote d’une lunette tournante unidirectionnelle.

La nouvelle génération de Longines Ultra-Chron possède un boîtier de forme coussin muni d’une lunette tournante unidirectionnelle.

Moderne, ce composant très exposé aux chocs est cette fois équipé d’un insert en saphir pratiquement inrayable avec index luminescents. Efficace, la belle au dessin très « seventies » se pare aussi d’un attrayant cadran noir grainé sur lequel se détachent les index bâtons, la minuterie blanche et le logo original du modèle d’époque. Pour faciliter la lecture en plongée, cette montre reçoit une aiguille des minutes peinte en rouge et revêtue comme celle des heures de matière luminescente. Graphiquement équilibrée elle est étanche à 300 mètres et se porte au choix sur un bracelet en acier, en cuir ou même sur un lien NATO réalisé en matériaux recyclés, livré dans l’écrin. 

Le coffret présente les versions sur bracelet NATO et cuir.

Un cœur à haut rendement

Belle et accrochant bien le regard, cette référence est aussi divinement motorisée. Elle embarque un mouvement mécanique à remontage automatique à haute fréquence référencé L836.6 réalisé « in house » comme il est dit dans la fiche tecnique. Il se dote d’un groupe de régulation dont le balancier effectue 36 000 alternances par heure. Précis au 1/10ème de seconde, ce cœur hérite d’un spiral en silicium, un matériau résistant à la corrosion, insensible aux écarts de température usuels et aux champs magnétiques. Grâce à ses propriétés uniques contribuant à améliorer la précision et la longévité des réglages, il permet à Longines de garantir cette montre durant 5 ans. Enfin, pour pouvoir porter dignement le nom d’Ultra-Chron, cette nouveauté Longines a été testée par TIMELAB, un laboratoire indépendant situé à Genève. Après une batterie de tests sous trois températures différentes durant 15 jours, le modèle a reçu la certification d’« ultra chronomètre », une désignation indiquant que sa précision est très largement supérieure aux spécifications retenues par le Contrôle officiel suisse des chronomètres pour la certification de chronomètres dont la variation moyenne d’une pièce qualifiée doit rester dans une fourchette comprise entre -4 et +6 secondes par jour. Difficile à battre !  

Prix :

Longines Ultra-Chron sur bracelet cuir : 3 030 euros
Longines Ultra-Chron sur bracelet acier : 3 280 euros – Édition Box avec bracelet NATO : 3 540 euros

Consultez les fiches techniques de la Longines Ultra-Chron tout acier et la Longines Ultra-Chron sur bracelet cuir.

LE SITE DES MONTRES LONGINES

À lire aussi :