Rolex expose son Daytona au Bon Marché

Par MyWatch

50 ANS D’UN MYTHE HORLOGER

Exposition exclusive à paris : « de daytona au cosmograph daytona »

Comment naît une légende de l’horlogerie ‘ A l’occasion des cinquante ans de son modèle Oyster Perpetual Cosmograph Daytona, Rolex présente à Paris une exposition exclusive dévoilant l’histoire et l’univers du chronographe le plus célèbre et le plus recherché au monde. Dans un environnement de plus de 100 m2 spécialement dédié à cette icône de la vitesse et des sports automo biles, le visiteur est invité à un voyage dans le temps, de 1963 à aujourd’hui, et jusqu’à Daytona en Floride, haut lieu de la course automobile qui a donné son nom à ce modèle emblématique. Outre des films, des textes et des photographies, l’exposition présente en exclusivité plusieurs modèles historiques et actuels du Cosmograph Daytona. A découvrir dans le nouvel espace horloger du Bon Marché Rive Gauche du 7 au 26 octobre 2013.

Un lieu, une montre, une légende

Rolex célèbre en 2013 cinquante ans d’une histoire marquée par la passion de la vitesse et des sports automobiles. Créé en 1963, le modèle Oyster Perpetual Cosmograph Daytona a gagné ses titres de noblesse sur les circuits automobiles pour sa fi abilité et ses performances et a accédé au rang d’icône sous le nom de « Daytona » en tant que chronographe le plus célèbre et le plus recherché au monde. Daytona : un nom évocateur qui, avant de devenir indissociablement lié à l’un des modèles les plus emblématiques de Rolex, s’est forgé sa propre légende, faite de records de vitesse, de moteurs surpuissants, de courses sur le sable et d’exploits mécaniques.

Daytona, capitale mondiale de la vitesse

C’est sur la plage de Daytona, en Floride, que tout a commencé. Cette large bande de sable dur, plate et fi lant tout droit sur plus de 35 km, devient dès les premières années du XXe siècle l’un des sites les plus mythiques de la conquête de la vitesse et de la course automobile. Quatorze fois, entre 1904 et 1935, le record du monde de vitesse y est établi. Cette véritable piste naturelle aux ca rac téristiques exceptionnelles, avec son sable damé par l’océan At lan ti que, attire des quatre coins des Etats-Unis et d’Euro pe les pionniers de l’auto mo bile qui viennent s’y affronter au volant des voitures les plus puissantes de leur temps. Ces exploits mécaniques au retentissement planétaire valent rapidement à Daytona le titre de capitale mondiale de la vitesse. Une course effrénée qui culminera en mars 1935 avec le record du Britannique sir Malcolm Campbell et son célèbre bolide Bluebird à 445 km/h (276 mph) – avant qu’il ne franchisse quelques mois plus tard la barre mythique des 300 mph, mais cette fois à Bonneville Salt Flats dans l’Utah. Depuis le début des années 1930, celui qui entrera dans l’histoire comme le roi de la vitesse porte une Rolex Oyster.

La montre du pilote

La tradition de Daytona pour la course automobile, poursuivie de manière épique sur la plage jusqu’à la fi n des années 1950, se perpétue depuis sur le circuit du Daytona International Speedway, temple de la vitesse construit en 1959 comme l’un des premiers Super Speedway du monde. Dans ce gigantesque amphithéâtre des temps modernes de 4 km de circonférence, avec des virages relevés de 31 degrés permettant des accélérations vertigineuses, se tiennent chaque année des compétitions automobiles aussi palpitantes et prestigieuses que la Daytona 500 et la Rolex 24 At Daytona. Cette épreuve d’endurance de 24 heures, qui fait fi gure de pendant américain des 24 Heures du Mans, est considérée par les pilotes les plus chevronnés comme étant l’une des plus difficiles au monde.

C’est ce circuit mythique, héritier de l’une des plus formidables histoires de vitesse et de courses automobiles au monde, qui va donner son nom au chronographe que Rolex dédie en 1963 aux pilotes et aux passionnés de sports mécaniques : le Cosmograph Daytona. Un chronographe innovant par la grande lisibilité de ses fonctions grâce à ses compteurs fortement contrastés et à son échelle tachymétrique positionnée non plus sur le cadran, mais sur la lunette. Une esthétique très sportive directement héritée, comme souvent chez Rolex, de considérations fonctionnelles destinées à répondre aux besoins du porteur et à faire de la Daytona le meilleur instrument de mesure des temps et de la vitesse sur un circuit automobile.
La légende continue
En cinquante ans, le Cosmograph Daytona a créé son propre mythe. Dès le milieu des années 1960, il s’érige en trophée des vainqueurs aux 24 Heures de Daytona, course lancée un an avant lui, en 1962, et baptisée Rolex 24 At Daytona en 1992. Aujourd’hui encore, gagner un chronographe Daytona constitue la récompense suprême pour les pilotes d’endurance parmi les meilleurs au monde qui s’y affrontent chaque année au mois de janvier.
« La montre est la raison d’être de cette course », raconte par exemple le pilote Scott Pruett quelques jours avant de remporter avec son équipe l’édition 2013 – sa cinquième victoire. Et si, à l’origine, le circuit de Daytona a donné son nom au chronographe de Rolex, aujourd’hui la compétition phare qui marque le début de la saison des sports automobiles aux Etats-Unis est appelée par tous du nom de son prestigieux trophée : « The Rolex ».
Le Cosmograph Daytona est également la Montre Offi cielle des 24 Heures du Mans et le chronographe que porte Tom Kristensen, Témoignage Rolex et unique pilote à avoir remporté neuf fois la prestigieuse course d’endurance française, dont la dernière édition. En 2013, Rolex renforce encore son lien avec les sports mécaniques en devenant l’un des principaux partenaires de la Formule 1TM, un rapprochement qui souligne une même passion pour la performance, l’innovation, la précision et l’excellence.
Dans la saga de la Daytona, il y a aussi, bien sûr, le rôle joué par Paul Newman dans les années 1970. Star hollywoodienne à la classe légendaire et pilote automobile passionné, il portera un Cosmograph Daytona à la ville comme sur les circuits pendant des décennies, notamment un modèle au cadran particulier auquel les collectionneurs associeront son nom – et son aura.
Mais comme toute légende, le succès planétaire du Cosmograph Daytona conserve aussi sa part de mystère. Plébiscité par les pilotes et auréolé d’un héritage prestigieux, le chronographe de Rolex est propulsé au rang d’icône après la sortie, en 1988, d’un nouveau modèle entièrement redessiné et à remontage automatique. Un phénomène sans précédent et d’une ampleur inégalée, qui ne se dément pas depuis vingt-cinq ans, et qui s’exacerbe encore à partir de 2000, quand Rolex équipe le Cosmograph Daytona d’un nouveau mouvement automatique haute performance entièrement conçu et fabriqué en interne. Emblématique du savoir-faire horloger et de la puissance technologique de Rolex, ce mouvement s’impose par ses nombreuses innovations comme un nouveau standard de chronographe en termes de robustesse, de fi abilité et de précision. Couronnement suprême en 2013, le Cosmograph Daytona est le premier modèle Oyster de la gamme Professionnelle à être édité en platine, le plus noble des métaux précieux, avec une spectaculaire lunette Cerachrom monobloc en céramique.
Cinquante ans après sa création, le Cosmograph Daytona n’a cessé d’évoluer pour atteindre aujourd’hui un statut au fi rmament des chronographes de sport. La démarche de Rolex n’a pourtant jamais changé : concevoir et fabriquer le chronographe le plus conforme à ses exigences de qualité et de fonctionnalités. Mais c’est le propre des légendes d’échapper à leur créateur.
A propos de rolex
Marque leader de l’industrie horlogère suisse, basée à Genève, Rolex jouit dans le monde entier d’une réputation inégalée de qualité et de savoir-faire. Ses montres Oyster, toutes certifi ées Chronomètres pour leur précision, sont symboles d’excellence, de performance et de prestige. Pionnière de la montre-bracelet dès 1905, la marque est à l’origine de nombreuses innovations horlogères majeures, dont l’Oyster, première montre-bracelet étanche née en 1926, et le remontage automatique à rotor Perpetual, introduit en 1931. Elle a déposé plus de 400 brevets au cours de son histoire. Véritable manufacture intégrée et indépendante, Rolex conçoit et fabrique en interne la totalité des composants essentiels de ses montres, de la fonte des alliages d’or à l’assemblage des éléments du mouvement, du boîtier, du cadran et du bracelet, en passant par l’usinage et la fi nition. Rolex s’engage par ailleurs activement dans le soutien aux arts, au sport et à l’exploration, ainsi qu’à l’esprit d’entreprise et à l’environnement à travers une large palette d’activités de sponsoring et de programmes philanthropiques.

Exposition « de daytona au cosmograph daytona »

Du 7 au 26 octobre 2013 Au Bon Marché Rive Gauche, espace horlogerie
24, rue de Sèvres, 75007 Paris
Ouvert de 10h à 20h du lundi au samedi, jusqu’à 21h jeudi et vendredi
  • Rolex Cosmograph Daytona - 1963 - ©Rolex-Jean-Daniel Meyer
  • 02_Daytona 1965- ©Rolex/Jean-Daniel Meyer
  • 02_Daytona Paul Newman Dial ( Le Cosmograph Daytona équipé du fameux cadran
  • 04_Daytona 1965 - ©Rolex/Jean-Daniel Meyer
  • 05_Daytona 1988 - ©Rolex/Jean-Daniel Meyer
  • 06_Calibre 4130 - ©Rolex/Cédric Roulet
  • 07_Daytona 2000 - ©Rolex/Jean-Daniel Meyer
  • 08_Daytona 2004 - ©Rolex/Jean-Daniel Meyer
  • 09_Daytona 2013 - ©Rolex/Jean-Daniel Meyer
  • Sir Malcolm Campbell - 1935 - ©Rolex
  • Jackie Stewart - 1969 - ©Getty/Tony Duffy
  • Paul Newman - ©Douglas Kirkland/Corbis
  • Tom Kristensen - 2010 - ©Rolex-Fadil Berisha
  • Bluebird 1935 - ©Bettmann/Corbis
  • Plage de Daytona Beach - 1955 - ©ISC Archives/Getty Images
  • Daytona International Speedway - 1958 - ©ISC Archives/Getty Images
  • Daytona International Speedway 2012 - ©Rolex-Tom O'Neal
  • Daytona International Speedway 2013 - ©Rolex-Fred Merz