CARRERA Calibre 1887 Chronographe

CAR2A10.BA0799

CARRERA Calibre 1887 Chronographe Agrandir l'image
CARRERA Calibre 1887 Chronographe

Marque  : TAG Heuer
Collection  : CARRERA
Modèle  : CARRERA Calibre 1887 Chronographe
Référence  : CAR2A10.BA0799
Complément : Acier - Bracelet Acier
En vente depuis : 2013

4 500 €Prix neuf constaté FranceJE LA VEUX

FICHE AU FORMAT PDF

DEMANDER UN PRIX

Demande du prix pour CARRERA Calibre 1887 ChronographeRef. CAR2A10.BA0799

CARRERA Calibre 1887 Chronographe

VOUS LA VOULEZ ? NOUS VOUS LA CHERCHONS!

Cette fonction est réservée aux membres privilégiés du site My-WatchSite.

Pour devenir membre, rien de plus simple !

AVIS DE LA REDACTION

Pour célébrer les 50 ans de son emblématique modèle Carrera, TAG Heuer étoffe la collection de nombreuses pièces dont ce chronographe tout en acier au look racé. Porté sur un bracelet constitué de maillons en forme de H, son boîtier de 43 mm de diamètre, étanche jusqu’à 100 mètres, est surmonté d’une lunette en céramique noire. Cette dernière est gravée d’une échelle tachymétrique sur laquelle l’aiguille centrale de secondes de chrono indique la vitesse moyenne d’un véhicule entre deux bornes kilométriques. Dévoilé côté fond, le mouvement automatique Calibre 1887 de la Maison est équipé d’un pignon oscillant et d’une roue à colonnes bleue. Il délivre les temps chronométrés dans des compteurs 30 minutes et 12 heures cerclés de métal et se faisant face sur un cadran rythmé en périphérie de chiffres arabes dont le dessin rappellera ceux des compteurs de voitures de course anciennes.

  • Marque  : TAG Heuer
    Collection  : CARRERA
    Modèle  : CARRERA Calibre 1887 Chronographe
    Référence  : CAR2A10.BA0799
    Complément : Acier - Bracelet Acier
    En vente depuis : 2013
    Prix du neuf : 4 500 €
    Diamètre : 43 mm
    Styles : Sportif
    Types : Mécanique à remontage automatique
    Calibre : Carrera Calibre 1887 Chronographe
    Complication : Chronographe
    Compteur 12 Heures
    Petite Seconde
    Tachymètre
    Compteur 30 Minutes
    Matière du boîtier : Acier poli
    Particularité du boitier : Fond saphir
    Lunette en céramique
    Forme : Ronde
    Etanchéité : 100 mètres
    Cadran : Acier
    Couleur du cadran : Noir
    Affichage : Aiguilles luminescentes
    Index : Chiffres arabes
    Verre : Saphir
    Traitement anti-reflet
    Bombé
    Matière du bracelet : Acier inoxydable
    Couleur du bracelet : Gris
    Fermeture du bracelet : Boucle déployante
    + Plus de caractéristiques : Cadran
    3 compteurs
    Les minutes du chronographe à 12H
    Les heures du chronographe à 6h
    Petite seconde à 9H
    Chiffres Arabe posés à la main
    Les aiguilles des heures et des minutes sont polis et ont des marqueurs luminescents
    Les aiguilles du chronographe ont des pointes rouges
    Aiguille des secondes polie à la main
    Logo Tag Heuer appliqué à la main


    Boitier
    Nouveau boitier en acier poli et brossé
    Verre saphir bombé résistant aux rayures avec un double traitement anti-reflet
    Lunette en céramique avec une échelle tachymètre
    Fond en saphir résistant aux rayures

    Bracelet
    3 rangées de bracelets d'acier à multiples facettes

    Boucle déployante an acier avec boutons poussoirs de sécurité

DESCRIPTION

  • TAG HEUER CARRERA LES CINQUANTE PREMIÈRES ANNÉES

    CARRERA, DE 1963 À AUJOURD’HUI :
    UNE TECHNOLOGIE EN ACCÉLÉRATION CONSTANTE, UN SAVOIR-FAIRE AFFIRMÉ EN MATIÈRE DE DESIGN LE PRESTIGE INTEMPOREL DES COURSES DE VOITURES

     
    Vitesse, émotion, glamour. Un demi-siècle après son entrée fracassante dans le monde des courses automobiles, l’emblématique CARRERA, le premier chronographe de sport conçu spécifiquement pour les pilotes professionnels et les amateurs de voitures de sport, reste à ce jour l’incarnation parfaite de l’expérience inégalée de TAG Heuer dans les sports
    automobiles – une adéquation totale qui a commencé en 1911 avec le Time of Trip, le tout premier chronographe destiné aux tableaux de bord des automobiles, et qui se poursuit à ce jour à travers les partenariats qu’entretient la marque avec les meilleurs pilotes et les meilleures écuries de sport automobile au monde.   
     
    CARRERA : L’HISTOIRE
     
    En 1963, Jack Heuer, l’homme à l’origine de certaines des avancées les plus révolutionnaires en matière de chronométrage sportif, se concentra sur les besoins spécifiques des pilotes de course professionnels. Fervent amateur de course automobile et lui-même pratiquant à ses heures, il savait exactement ce qu’il recherchait : un cadran de grande taille et facile à lire ; un boîtier étanche et résistant aux chocs, suffisamment solide pour supporter l’utilisation la plus intense.  
     
    Il avait également sous les yeux la source d’inspiration idéale : la « Carrera panamericana », une course automobile mexicaine considérée comme le rallye d’endurance le plus exigeant du monde. « J’ai entendu parler pour la première fois de la Carrera dans la bouche de Pedro Rodriguez aux Douze heures de Sebring, dont j’étais le chronométreur officiel. Son frère Ricardo et lui étaient parmi les pilotes d’endurance les plus rapides, les plus malins et les plus courageux de tous les temps. Les entendre parler de la Carrera, course qu’un ami de longue date de la marque, Juan-Manuel Fangio, avait remportée en 1953 mais qui avait dû mettre la clé sous la porte en 1955 après une série d’accidents tragiques, a fait bouillir mon imagination. La simple sonorité du nom – élégant, dynamique, facile à prononcer dans toutes les langues et chargé d’émotions. C’est à ce moment-là que j’ai su que mon nouveau chronographe serait le meilleur des hommages en l’honneur de cette légende. »  
     
    Il savait également à quoi cette montre devait ressembler et quelles sensations elle devait procurer. Il s’est inspiré pour cela d’une série d’idées novatrices, dont beaucoup étaient issues du modernisme du début des années 1960 – la pureté géométrique de la nouvelle architecture d’Oscar Niemeyer, les courbes sensuelles des bâtiments et des meubles d’un
    Eero Saarinen ou l’esthétique propre et dégagée du Pop-Art. Dans le même temps, la Carrera puise son design, qui fait toute sa valeur unanimement reconnue, dans les codes indémodables qui prévalent dans les sports mécaniques, comme le noir et blanc des compteurs de tableaux de bord vintage ou les gants en cuir perforé qui avaient les faveurs de Juan-Manuel Fangio et de ses contemporains.
     
    « J’étais enthousiasmé par les nouvelles formes qui apparaissaient, par les nouvelles matières et les techniques innovantes qui étaient en train d’arriver sur le marché. Nous recherchions quelque chose qui tire parti de tout ça, qui soit à la fois novateur et audacieux tout en restant sobre, simple et dans l’esprit des sports mécaniques, sans ornementation
    superflue, classique et intemporel. » Jack Heuer.
     
    Le premier chronographe Carrera fut le superbe « Panda » Edition tachymètre noir et blanc. Devenu instantanément LA montre qu’il fallait posséder pour les meilleurs pilotes d’Europe et des États-Unis, il reste l’un des chronographes les plus convoités chez les collectionneurs de montres de luxe.  

    Ensuite, en 1969 fut dévoilé le Carrera Chronomatic Calibre 11 breveté, le premier chronographe automatique au monde, qui marquait un tournant en matière de design horloger. Son nom, qui combinait les mots « chronographe » et « automatique », est l’un des plus évocateurs de l’histoire de l’horlogerie suisse. Équipé d’un compteur de 12 heures et d’un compteur de 30 minutes ainsi que du fameux pignon oscillant inventé par Édouard Heuer en 1887, ce chronographe était doté d’un système de double excentrique de réglage spécialement breveté et d’un piton mobile , ce qui permettait d’assurer un réglage très fin du spiral de balancier et de très fortement réduire la marge d’erreur sur le chronométrage, même dans les conditions les plus extrêmes.
     
    Pendant la « crise du quartz » des années 1970, la collection Carrera ne se contenta pas de survivre : elle fit œuvre d’excellence en sortant une série d’éditions à quartz très populaires qui assirent le caractère avant-gardiste d’une marque entrée de plain-pied dans l’ère digitale.
     
    Pendant la décennie suivante, d’illustres pilotes Ferrari portèrent un chronographe Carrera : Jackie Ickx, Clay Regazzoni, Mario Andretti, Carlos Reutemann et Jody Scheckter. Pendant les années 1970, chaque membre de la Scuderia Ferrari, dont Heuer était sponsor et chronométreur officiel, recevait un Carrera en or gravé de son nom et de son type sanguin.
     
    Depuis lors, les plus grands du pilotage TAG Heuer l’ont porté : David Coulthard, Kimi Räikkönen, Fernando Alonso, Lewis Hamilton, Jenson Button, Alain Prost...
     
     
    CARRERA : LA RENAISSANCE
     
    En 1996, TAG Heuer relance sa ligne fétiche avec le chronographe TAG Heuer Carrera. Ce nouveau produit phare est l’une des montres les plus vendues de l’histoire de la marque. En 2004, deux modèles automatiques le TAG Heuer CARRERA Calibre 16 chronographe Tachymètre (41 mm) et la Montre Carrera à bracelet en acier, s’ajoutent à la collection. En 2005, le Chronographe Calibre 360 Concept, le premier chronographe mécanique d’une précision au centième de seconde, est la révélation du salon mondial de l’horlogerie Baselworld. L’année suivante, en parfaite illustration de la capacité de TAG Heuer à transformer des idées abstraites en réalisations concrètes, la TAG Heuer Carrera Calibre 360 Or rose Edition limitée est nommée « montre de sport de l’année » au Grand prix de l’horlogerie de Genève. 
     
    En 2010, le Carrera s’impose encore comme le choix naturel pour incarner une nouvelle avancée technologique : le Calibre 1887, un chronographe dont le mouvement est entièrement conçu et assemblé en interne dans les ateliers suisses de TAG Heuer. Vainqueur de la prestigieuse « Petite aiguille » au Grand Prix de l’Horlogerie de Genève en 2010, ce mouvement rend hommage au pignon oscillant Heuer de 1887, l’un des premiers brevets de la marque, devenu depuis un standard incontournable de l’horlogerie moderne.

    En 2011, TAG Heuer ajoute deux nouvelles pépites à cette glorieuse lignée : le Carrera Héritage, une ligne complète de chronographes Carrera sportifs et vintage, et le très innovant Carrera Mikrograph, premier chronographe au monde offrant une précision au centième de seconde indiqué à l’aide de l’aiguille centrale.
     
    En 2012, la marque lance le TAG Heuer Carrera Mikrogirder, un chronographe d’ultra-haute fréquence muni d’un échappement linéaire qui bat 7,2 millions de fois par heure et dont l’aiguille centrale effectue vingt rotations par seconde. Cette incroyable mécanique est la première montre jamais créée sans ensemble balancier ni ressort classique. Sa précision au 5/10 000e de seconde est sans précédent. Lors du Grand prix de l’horlogerie de Genève en novembre 2012, elle reçoit la prestigieuse Aiguille d’or, attribuée à la meilleure montre toutes catégories, ce qui en fait la distinction la plus convoitée de tout le secteur horloger.  

    Aujourd’hui, afin de marquer le 50e anniversaire de la Carrera, TAG Heuer révèle son avenir.
     
     
    CARRERA 2013 : LA NOUVELLE GÉNÉRATION
     
    Les chronographes Carrera de cette année recèlent tous une des plus belles réussites techniques de TAG Heuer, un mouvement manufacturé à 100 % en interne qui réinvente l’une des plus grandes contributions d’Édouard Heuer à l’horlogerie : le pignon oscillant de 1887.
     
     
    LE MOUVEMENT CALIBRE 1887
     
    Le Calibre 1887 est un mouvement intégré à roue à colonnes qui oscille 28 800 fois par heure et dispose d’une réserve de marche de 50 heures. Parmi ses 320 composants, on trouve une réinterprétation technique audacieuse de sa source d’inspiration, le pignon oscillant de 1887 breveté par la marque, ainsi que sa roue à colonnes bleue. Le pignon oscillant, breveté en 1887 par Édouard Heuer, fonctionne en tandem avec la roue à colonnes, à la manière d’un système de transmission automobile. La roue à colonnes, qui assure la coordination des fonctions de départ, d’arrêt et de remise à zéro des aiguilles du chronographe, fonctionne selon le principe d’une boîte de vitesses. Le pignon oscillant fonctionne comme un embrayage. 

    CHRONOGRAPHE CARRERA CALIBRE 1887 À LUNETTE EN CÉRAMIQUE
    –  43 mm
    Inspiré du design du très célèbre Calibre 16 mais équipé d’un mouvement d’exception, le Calibre 1887, ainsi que d’un grand nombre d’autres éléments techniques nouveaux – lunette en céramique gravée d’une échelle tachymétrique, boîtier en acier brossé et poli et bracelet en acier novateur en forme de H. Les numéros arabes, inspirés par les compteurs vintage, et le quantième à guichet sont appliqués à la main. Le fond transparent est en saphir clair inrayable.
    Un classique d’aujourd’hui.

  • TAG HEUER CARRERA LES CINQUANTE PREMIÈRES ANNÉES

    CARRERA, DE 1963 À AUJOURD’HUI :
    UNE TECHNOLOGIE EN ACCÉLÉRATION CONSTANTE, UN SAVOIR-FAIRE AFFIRMÉ EN MATIÈRE DE DESIGN LE PRESTIGE INTEMPOREL DES COURSES DE VOITURES

     
    Vitesse, émotion, glamour. Un demi-siècle après son entrée fracassante dans le monde des courses automobiles, l’emblématique CARRERA, le premier chronographe de sport conçu spécifiquement pour les pilotes professionnels et les amateurs de voitures de sport, reste à ce jour l’incarnation parfaite de l’expérience inégalée de TAG Heuer dans les sports
    automobiles – une adéquation totale qui a commencé en 1911 avec le Time of Trip, le tout premier chronographe destiné aux tableaux de bord des automobiles, et qui se poursuit à ce jour à travers les partenariats qu’entretient la marque avec les meilleurs pilotes et les meilleures écuries de sport automobile au monde.   
     
    CARRERA : L’HISTOIRE
     
    En 1963, Jack Heuer, l’homme à l’origine de certaines des avancées les plus révolutionnaires en matière de chronométrage sportif, se concentra sur les besoins spécifiques des pilotes de course professionnels. Fervent amateur de course automobile et lui-même pratiquant à ses heures, il savait exactement ce qu’il recherchait : un cadran de grande taille et facile à lire ; un boîtier étanche et résistant aux chocs, suffisamment solide pour supporter l’utilisation la plus intense.  
     
    Il avait également sous les yeux la source d’inspiration idéale : la « Carrera panamericana », une course automobile mexicaine considérée comme le rallye d’endurance le plus exigeant du monde. « J’ai entendu parler pour la première fois de la Carrera dans la bouche de Pedro Rodriguez aux Douze heures de Sebring, dont j’étais le chronométreur officiel. Son frère Ricardo et lui étaient parmi les pilotes d’endurance les plus rapides, les plus malins et les plus courageux de tous les temps. Les entendre parler de la Carrera, course qu’un ami de longue date de la marque, Juan-Manuel Fangio, avait remportée en 1953 mais qui avait dû mettre la clé sous la porte en 1955 après une série d’accidents tragiques, a fait bouillir mon imagination. La simple sonorité du nom – élégant, dynamique, facile à prononcer dans toutes les langues et chargé d’émotions. C’est à ce moment-là que j’ai su que mon nouveau chronographe serait le meilleur des hommages en l’honneur de cette légende. »  
     
    Il savait également à quoi cette montre devait ressembler et quelles sensations elle devait procurer. Il s’est inspiré pour cela d’une série d’idées novatrices, dont beaucoup étaient issues du modernisme du début des années 1960 – la pureté géométrique de la nouvelle architecture d’Oscar Niemeyer, les courbes sensuelles des bâtiments et des meubles d’un
    Eero Saarinen ou l’esthétique propre et dégagée du Pop-Art. Dans le même temps, la Carrera puise son design, qui fait toute sa valeur unanimement reconnue, dans les codes indémodables qui prévalent dans les sports mécaniques, comme le noir et blanc des compteurs de tableaux de bord vintage ou les gants en cuir perforé qui avaient les faveurs de Juan-Manuel Fangio et de ses contemporains.
     
    « J’étais enthousiasmé par les nouvelles formes qui apparaissaient, par les nouvelles matières et les techniques innovantes qui étaient en train d’arriver sur le marché. Nous recherchions quelque chose qui tire parti de tout ça, qui soit à la fois novateur et audacieux tout en restant sobre, simple et dans l’esprit des sports mécaniques, sans ornementation
    superflue, classique et intemporel. » Jack Heuer.
     
    Le premier chronographe Carrera fut le superbe « Panda » Edition tachymètre noir et blanc. Devenu instantanément LA montre qu’il fallait posséder pour les meilleurs pilotes d’Europe et des États-Unis, il reste l’un des chronographes les plus convoités chez les collectionneurs de montres de luxe.  

    Ensuite, en 1969 fut dévoilé le Carrera Chronomatic Calibre 11 breveté, le premier chronographe automatique au monde, qui marquait un tournant en matière de design horloger. Son nom, qui combinait les mots « chronographe » et « automatique », est l’un des plus évocateurs de l’histoire de l’horlogerie suisse. Équipé d’un compteur de 12 heures et d’un compteur de 30 minutes ainsi que du fameux pignon oscillant inventé par Édouard Heuer en 1887, ce chronographe était doté d’un système de double excentrique de réglage spécialement breveté et d’un piton mobile , ce qui permettait d’assurer un réglage très fin du spiral de balancier et de très fortement réduire la marge d’erreur sur le chronométrage, même dans les conditions les plus extrêmes.
     
    Pendant la « crise du quartz » des années 1970, la collection Carrera ne se contenta pas de survivre : elle fit œuvre d’excellence en sortant une série d’éditions à quartz très populaires qui assirent le caractère avant-gardiste d’une marque entrée de plain-pied dans l’ère digitale.
     
    Pendant la décennie suivante, d’illustres pilotes Ferrari portèrent un chronographe Carrera : Jackie Ickx, Clay Regazzoni, Mario Andretti, Carlos Reutemann et Jody Scheckter. Pendant les années 1970, chaque membre de la Scuderia Ferrari, dont Heuer était sponsor et chronométreur officiel, recevait un Carrera en or gravé de son nom et de son type sanguin.
     
    Depuis lors, les plus grands du pilotage TAG Heuer l’ont porté : David Coulthard, Kimi Räikkönen, Fernando Alonso, Lewis Hamilton, Jenson Button, Alain Prost...
     
     
    CARRERA : LA RENAISSANCE
     
    En 1996, TAG Heuer relance sa ligne fétiche avec le chronographe TAG Heuer Carrera. Ce nouveau produit phare est l’une des montres les plus vendues de l’histoire de la marque. En 2004, deux modèles automatiques le TAG Heuer CARRERA Calibre 16 chronographe Tachymètre (41 mm) et la Montre Carrera à bracelet en acier, s’ajoutent à la collection. En 2005, le Chronographe Calibre 360 Concept, le premier chronographe mécanique d’une précision au centième de seconde, est la révélation du salon mondial de l’horlogerie Baselworld. L’année suivante, en parfaite illustration de la capacité de TAG Heuer à transformer des idées abstraites en réalisations concrètes, la TAG Heuer Carrera Calibre 360 Or rose Edition limitée est nommée « montre de sport de l’année » au Grand prix de l’horlogerie de Genève. 
     
    En 2010, le Carrera s’impose encore comme le choix naturel pour incarner une nouvelle avancée technologique : le Calibre 1887, un chronographe dont le mouvement est entièrement conçu et assemblé en interne dans les ateliers suisses de TAG Heuer. Vainqueur de la prestigieuse « Petite aiguille » au Grand Prix de l’Horlogerie de Genève en 2010, ce mouvement rend hommage au pignon oscillant Heuer de 1887, l’un des premiers brevets de la marque, devenu depuis un standard incontournable de l’horlogerie moderne.

    En 2011, TAG Heuer ajoute deux nouvelles pépites à cette glorieuse lignée : le Carrera Héritage, une ligne complète de chronographes Carrera sportifs et vintage, et le très innovant Carrera Mikrograph, premier chronographe au monde offrant une précision au centième de seconde indiqué à l’aide de l’aiguille centrale.
     
    En 2012, la marque lance le TAG Heuer Carrera Mikrogirder, un chronographe d’ultra-haute fréquence muni d’un échappement linéaire qui bat 7,2 millions de fois par heure et dont l’aiguille centrale effectue vingt rotations par seconde. Cette incroyable mécanique est la première montre jamais créée sans ensemble balancier ni ressort classique. Sa précision au 5/10 000e de seconde est sans précédent. Lors du Grand prix de l’horlogerie de Genève en novembre 2012, elle reçoit la prestigieuse Aiguille d’or, attribuée à la meilleure montre toutes catégories, ce qui en fait la distinction la plus convoitée de tout le secteur horloger.  

    Aujourd’hui, afin de marquer le 50e anniversaire de la Carrera, TAG Heuer révèle son avenir.
     
     
    CARRERA 2013 : LA NOUVELLE GÉNÉRATION
     
    Les chronographes Carrera de cette année recèlent tous une des plus belles réussites techniques de TAG Heuer, un mouvement manufacturé à 100 % en interne qui réinvente l’une des plus grandes contributions d’Édouard Heuer à l’horlogerie : le pignon oscillant de 1887.
     
     
    LE MOUVEMENT CALIBRE 1887
     
    Le Calibre 1887 est un mouvement intégré à roue à colonnes qui oscille 28 800 fois par heure et dispose d’une réserve de marche de 50 heures. Parmi ses 320 composants, on trouve une réinterprétation technique audacieuse de sa source d’inspiration, le pignon oscillant de 1887 breveté par la marque, ainsi que sa roue à colonnes bleue. Le pignon oscillant, breveté en 1887 par Édouard Heuer, fonctionne en tandem avec la roue à colonnes, à la manière d’un système de transmission automobile. La roue à colonnes, qui assure la coordination des fonctions de départ, d’arrêt et de remise à zéro des aiguilles du chronographe, fonctionne selon le principe d’une boîte de vitesses. Le pignon oscillant fonctionne comme un embrayage. 

    CHRONOGRAPHE CARRERA CALIBRE 1887 À LUNETTE EN CÉRAMIQUE
    –  43 mm
    Inspiré du design du très célèbre Calibre 16 mais équipé d’un mouvement d’exception, le Calibre 1887, ainsi que d’un grand nombre d’autres éléments techniques nouveaux – lunette en céramique gravée d’une échelle tachymétrique, boîtier en acier brossé et poli et bracelet en acier novateur en forme de H. Les numéros arabes, inspirés par les compteurs vintage, et le quantième à guichet sont appliqués à la main. Le fond transparent est en saphir clair inrayable.
    Un classique d’aujourd’hui.

  • Pour célébrer les 50 ans de son emblématique modèle Carrera, TAG Heuer étoffe la collection de nombreuses pièces dont ce chronographe tout en acier au look racé. Porté sur un bracelet constitué de maillons en forme de H, son boîtier de 43 mm de diamètre, étanche jusqu’à 100 mètres, est surmonté d’une lunette en céramique noire. Cette dernière est gravée d’une échelle tachymétrique sur laquelle l’aiguille centrale de secondes de chrono indique la vitesse moyenne d’un véhicule entre deux bornes kilométriques. Dévoilé côté fond, le mouvement automatique Calibre 1887 de la Maison est équipé d’un pignon oscillant et d’une roue à colonnes bleue. Il délivre les temps chronométrés dans des compteurs 30 minutes et 12 heures cerclés de métal et se faisant face sur un cadran rythmé en périphérie de chiffres arabes dont le dessin rappellera ceux des compteurs de voitures de course anciennes.

  • Marque  : TAG Heuer
    Collection  : CARRERA
    Modèle  : CARRERA Calibre 1887 Chronographe
    Référence  : CAR2A10.BA0799
    Complément : Acier - Bracelet Acier
    En vente depuis : 2013
    Prix du neuf : 4 500 €
    Diamètre : 43 mm
    Styles : Sportif
    Types : Mécanique à remontage automatique
    Calibre : Carrera Calibre 1887 Chronographe
    Complication : Chronographe
    Compteur 12 Heures
    Petite Seconde
    Tachymètre
    Compteur 30 Minutes
    Matière du boîtier : Acier poli
    Particularité du boitier : Fond saphir
    Lunette en céramique
    Forme : Ronde
    Etanchéité : 100 mètres
    Cadran : Acier
    Couleur du cadran : Noir
    Affichage : Aiguilles luminescentes
    Index : Chiffres arabes
    Verre : Saphir
    Traitement anti-reflet
    Bombé
    Matière du bracelet : Acier inoxydable
    Couleur du bracelet : Gris
    Fermeture du bracelet : Boucle déployante
    Plus de caractéristiques : Cadran
    3 compteurs
    Les minutes du chronographe à 12H
    Les heures du chronographe à 6h
    Petite seconde à 9H
    Chiffres Arabe posés à la main
    Les aiguilles des heures et des minutes sont polis et ont des marqueurs luminescents
    Les aiguilles du chronographe ont des pointes rouges
    Aiguille des secondes polie à la main
    Logo Tag Heuer appliqué à la main


    Boitier
    Nouveau boitier en acier poli et brossé
    Verre saphir bombé résistant aux rayures avec un double traitement anti-reflet
    Lunette en céramique avec une échelle tachymètre
    Fond en saphir résistant aux rayures

    Bracelet
    3 rangées de bracelets d'acier à multiples facettes

    Boucle déployante an acier avec boutons poussoirs de sécurité