Chronographe ExoTourbillon

106164

Chronographe ExoTourbillon Agrandir l'image
Chronographe ExoTourbillon

Marque  : Montblanc
Collection  : Collection Villeret 1858
Modèle  : Chronographe ExoTourbillon
Référence  : 106164
Nbre de pièces : 8
Complément : Or Gris
En vente depuis : 2010

205 000 €Prix neuf constaté FranceJE LA VEUX

FICHE AU FORMAT PDF

DEMANDER UN PRIX

Demande du prix pour Chronographe ExoTourbillonRef. 106164

Chronographe ExoTourbillon

VOUS LA VOULEZ ? NOUS VOUS LA CHERCHONS!

Cette fonction est réservée aux membres privilégiés du site My-WatchSite.

Pour devenir membre, rien de plus simple !

  • Marque  : Montblanc
    Collection  : Collection Villeret 1858
    Modèle  : Chronographe ExoTourbillon
    Référence  : 106164
    Nbre de pièces : 8
    Complément : Or Gris
    En vente depuis : 2010
    Prix du neuf : 205 000 €
    Diamètre : 47 mm
    Epaisseur : 16.67 mm
    Styles : Atypique
    Haute Horlogerie
    Sportif
    Types : Mécanique à remontage manuel
    Calibre : MBM16.60
    Calibre distinction : Côtes de Genève
    Complication : Indicateur Jour/Nuit
    Compteur 30 Minutes
    Chronographe Monopoussoir
    Second Fuseau Horaire (GMT)
    Tourbillon
    Petite Seconde
    Matière du boîtier : Or gris
    Particularité du boitier : Fond officier
    Fond vissé
    Fond saphir
    Forme : Ronde
    Etanchéité : 30 mètres
    Cadran : Ruthénium
    Or
    Guilloché main
    Couleur du cadran : Noir/Argent
    Affichage : Aiguilles en or
    Aiguille Chronographe des secondes en PfinodalTM
    Index : Chiffres romains
    Verre : Saphir
    Bombé
    Matière du bracelet : Alligator
    Couleur du bracelet : Noir
    Fermeture du bracelet : Boucle ardillon
    + Plus de caractéristiques : Mouvement
    341 pièces
    (dont 51 pour la cage de tourbillon)
    32 rubis
    Fréquence :
    18 000 alternances / heure (2.5 Hz)
    Réserve de marche : 55 heures
    Balancier à vis
    Spiral avec courbe terminale Phillips
    Platine en maillechort rhodié. perlé des deux côtés
    Ponts en maillechort rhodié. côtes de Genève
    Rouage cerclé. doré. bras anglés dessus-dessous. moulures polies diamant
    Tourbillon :
    1 tour en 4 minutes
    Chronographe :
    Roue à colonne
    Embrayage horizontal

    Boîtier en or gris 18 carats
    Attaches : dispositif breveté d’ouverture pour le couvercle à charnière
    Boucle en or gris 18 carats

DESCRIPTION

  • Le nouveau Chronographe ExoTourbillon de la Collection Montblanc Villeret 1858 : L’émancipation du tourbillon

    18 Janvier 2010 au Salon International de la Haute Horlogerie à Genève - La dernière création de la collection Villeret 1858 de Montblanc attire immédiatement tous les regards par son apparence saisissante et une innovation révolutionnaire. Le nouveau Chronographe ExoTourbillon est un garde-temps de type régulateur, avec une grande aiguille des minutes au centre, un affichage distinct des heures, un second fuseau horaire complété d’une indication jour/nuit, une petite seconde, un chronographe avec compteur 30 minutes et un tourbillon sous une forme qui n’a jamais existé auparavant : son balancier est plus grand que la cage et il est situé hors de celle-ci.

    Le Chronographe ExoTourbillon est le premier modèle de la collection Villeret 1858 de Montblanc à associer deux des complications horlogères tenues dans la plus haute estime, une fonction chronographe et un tourbillon. La maîtrise de ces raffinements extrêmes de l’art horloger figure incontestablement dans le registre des prouesses emblématiques de l’Institut Minerva. La manufacture de Villeret en propose aujourd’hui une interprétation conjointe qui se distingue de toutes les réalisations antérieures par l’alliance entre un chronographe dans son plus noble aspect traditionnel, avec une roue à colonnes associée à un embrayage horizontal, et un tourbillon quatre minutes à la conception novatrice et révolutionnaire.

    Quels sont cependant les effets produits par un tourbillon ' En raison de son mode même de construction, le centre de gravité du balancier et du spiral est situé légèrement à l’extérieur de l’axe de pivotement sur toute montre mécanique. Dans les positions verticales, cette caractéristique possède un inconvénient majeur car les oscillations du balancier sont perturbées par l’influence de la force d’attraction terrestre sur ce point d’équilibre excentré. La géniale invention du tourbillon a apporté une réponse à ce problème en disposant le balancier dans une cage en rotation permanente autour de son axe. Ainsi, le centre de gravité décentré accomplit également une révolution autour du point de pivotement dans le même laps de temps. De ce fait, l’effet d’accélération provoqué par la force d’attraction terrestre sur le centre de gravité pendant les premiers 180 degrés est compensé par l’effet analogue de freinage exercé au cours de la seconde moitié de la rotation. Ce dispositif égalise donc la précision de marche du mouvement au cours de l’unité temporelle représentée par chaque révolution de la cage.

    Ce prodigieux mécanisme connaît désormais un nouveau perfectionnement sur le Chronographe ExoTourbillon. Le balancier a été déplacé hors de la cage tournante afin d’isoler ce dernier des mouvements perturbateurs de l’échappement. Cette séparation a rendu possible la création du premier tourbillon au monde dont la cage tournante est plus petite que le balancier, qui oscille sur un niveau supérieur à l’extérieur de la cage. Cette singularité de construction explique également le nom de la montre qui provient du grec exo = extérieur. Dans cette configuration hors du commun, le balancier pivote entre 2 amortisseurs alors que la cage pivote indépendamment entre deux pierres.

    Les considérations qui ont présidé à l’adoption de cette architecture extrêmement complexe résident dans la taille et la masse traditionnellement importantes du balancier, qui auraient requis une cage aux dimensions tout aussi imposantes si elle avait dû abriter un balancier conventionnel. Toutefois, une cage plus petite possède une masse réduite et nécessite donc une énergie moindre pour accomplir son mouvement de rotation. En outre, la cage tournante est libérée du poids du balancier, un avantage qui se traduit par une nouvelle réduction des dépenses en énergie. Par rapport aux constructions habituelles, le gain s’élève à environ 30% et la force rendue ainsi disponible peut être utilement employée à assurer le bon déroulement des fonctions du chronographe.

    Cette disposition se révèle bénéfique à plus d’un titre : une fois disposé hors de la cage tournante, le balancier n’est plus influencé par l’inertie de la cage et peut donc décrire ses amplitudes avec une précision accrue. Cette invention correspond ainsi en tous points à la mission fondamentale de l’Institut Minerva : la préservation de l’authentique tradition horlogère Suisse tout en l’associant avec des innovations continuelles afin d’assurer l’avenir de cette science et de cet art. Il va de soi que cette découverte a fait l’objet d’une demande de brevet et qu’elle est exclusivement réservée aux garde-temps de la Collection Villeret 1858 de Montblanc. Elle offre au propriétaire d’un Chronographe ExoTourbillon le merveilleux spectacle d’un grand balancier à vis, qui oscille librement dans toute sa splendeur et tourne autour de son axe, sans être entravé dans ses mouvements par les étroites limites d’une cage de tourbillon. Et c’est avec cette assurance propre aux achèvements exceptionnels qu’il se présente fièrement aux regards dans une grande ouverture pratiquée sur le cadran à 12 heures, au-dessus d’une platine minutieusement perlée à la main.

    Un chronographe à tourbillon au visage de régulateur

    Le cadran lui-même se présente dans la configuration spécifique aux régulateurs, avec la grande aiguille des minutes et l’aiguille des secondes du chronographe qui partagent un axe commun au centre de la montre alors que les heures sont décentrées dans un compteur situé dans la moitié inférieure de la montre. Les autres indications complètent une disposition qui évoque un système solaire en miniature, avec le Soleil doré (le tourbillon) à 12 heures, la Terre à 6 heures et la Lune sous la forme d’un petit cadran 24 heures situé entre 4 et 5 heures (qui tient le rôle d’indicateur jour/nuit pour le deuxième fuseau horaire) ainsi que deux autres corps astraux représentés par la petite seconde à 9 heures et le compteur 30 minutes du chronographe à 3 heures. Ce dernier affichage adopte un contour en demi-lune avec deux échelles de teintes différentes de 0 à 15 et de 15 à 30 minutes, désignées tour à tour par les deux extrémités de l’aiguille, à la longueur et à la couleur distinctes.

    Un chronographe monopoussoir commandé par une roue à colonnes

    Le calibre 16.60 est un mouvement chronographe avec un grand compteur des secondes au centre, un totalisateur 30 minutes, une roue à colonnes classique et un embrayage horizontal. Les aciers du chronographe arborent une minutieuse finition manuelle. La « mise en fonction » est également effectuée à la main, en observant à micros les séquences succéssives des leviers avec la roue à colonnes et les coeurs de remise à zéro. L’accordage de ses fonctions chronographe se fait donc étape par étape, avec une précision d’un centième de millimètre. Les pièces en acier et le pont du chronographe, qui arbore la forme en V spécifique à Minerva, sont minutieusement anglés et polis à la main. Les leviers sont adoucis sur une pierre au grain fin et les ponts ornés d’un motif en côtes de Genève. Le grand balancier à vis avec spiral courbe Phillips oscille dans la fréquence classique de 18'000 alternances par heure (2,5 Hertz), qui permet de mesurer les intervalles de temps avec une précision d’un cinquième de seconde. Le chronographe est actionné par l’entremise d’un poussoir situé dans la couronne, qui commande les fonctions démarrage, arrêt et remise à zéro par pressions successives.

    Deuxième fuseau horaire et indication jour/nuit

    Les grands voyageurs apprécieront assurément l’affichage d’un second fuseau horaire sur le Chronographe ExoTourbillon. Il se lit sur l’affichage distinct des heures à l’aide de l’aiguille squelettée des heures, réservée à l’heure locale, alors que l’aiguille bleuie située au-dessous indique l’heure de résidence habituelle. Lorsque le propriétaire de la montre séjourne dans son domicile habituel, les deux aiguilles sont parfaitement superposées. Dès qu’il change de fuseau horaire, il lui suffit de régler l’heure locale par sauts d’une heure par l’entremise d’un poussoir situé à 8 heures. Le petit cadran 24 heures, doté d’une aiguille bleuie et d’une indication jour/nuit, continuera de l’informer sans risque d’erreur sur l’heure de son lieu de résidence, aussi éloigné soit-il.

    Une pièce de collection en édition limitée

    Edités en séries limitées, les chronographes de la Collection Villeret 1858 de Montblanc sont des pièces d’une grande rareté, très prisées des collectionneurs. La combinaison extrêmement inhabituelle entre un chronographe et un tourbillon ainsi que l’architecture unique de ce tourbillon accroissent encore l’attrait exercé par ce prestigieux modèle. En accord avec ce statut exceptionnel, le Chronographe ExoTourbillon n’existera qu’en pièce unique en platine, et en éditions limitées de huit pièces en or blanc 18 carats et huit pièces en or rouge (5N) 18 carats.

    Les montres en or blanc et en or rouge possèdent des cadrans en or massif, soigneusement guillochées main qui font littéralement danser la lumière. Sur la pièce unique en platine, certaines parties du cadran sont incrustées de nacre scintillante. Les imposants boîtiers au diamètre de 47 mm arborent un poli spéculaire et possèdent une lunette bombée, qui maintient un verre saphir fortement bombé aux flancs verticaux (forme chevée). Le fond en verre saphir est recouvert d’un couvercle à charnière, qui peut être ouvert au moyen d’un mécanisme breveté, dissimulé entre les attaches du bracelet. Il porte à l’extérieur les mentions gravées « Edition Limitée », « Montblanc » et « Fait main à Villeret ». L’intérieur du couvercle porte la signature « Demetrio Cabiddu Maître Horloger », le nom du directeur technique de la manufacture qui a conduit les travaux de développement du calibre 16.60. Le mouvement porte la gravure dorée « Minerva Villeret » et peut être admiré à travers le fond en verre saphir, lorsque le couvercle est ouvert. A l’évidence, le logo Montblanc n’a pas été oublié : l’étoile familière aux six branches, qui représente les six langues glaciaires de la plus haute montagne d’Europe, incarne depuis des décennies le symbole d’un artisanat européen à la qualité hors pair. Il figure sur la couronne de remontoir dans une incrustation de nacre véritable.

    Assurées de susciter la passion des véritables amateurs d’horlogerie, les nouvelles créations de la Collection Villeret 1858 de Montblanc s’accompagnent de bracelets en alligator, munis selon le modèle d’une boucle ardillon en or blanc 18 carats, or rouge 18 carats ou platine 950.
  • Le nouveau Chronographe ExoTourbillon de la Collection Montblanc Villeret 1858 : L’émancipation du tourbillon

    18 Janvier 2010 au Salon International de la Haute Horlogerie à Genève - La dernière création de la collection Villeret 1858 de Montblanc attire immédiatement tous les regards par son apparence saisissante et une innovation révolutionnaire. Le nouveau Chronographe ExoTourbillon est un garde-temps de type régulateur, avec une grande aiguille des minutes au centre, un affichage distinct des heures, un second fuseau horaire complété d’une indication jour/nuit, une petite seconde, un chronographe avec compteur 30 minutes et un tourbillon sous une forme qui n’a jamais existé auparavant : son balancier est plus grand que la cage et il est situé hors de celle-ci.

    Le Chronographe ExoTourbillon est le premier modèle de la collection Villeret 1858 de Montblanc à associer deux des complications horlogères tenues dans la plus haute estime, une fonction chronographe et un tourbillon. La maîtrise de ces raffinements extrêmes de l’art horloger figure incontestablement dans le registre des prouesses emblématiques de l’Institut Minerva. La manufacture de Villeret en propose aujourd’hui une interprétation conjointe qui se distingue de toutes les réalisations antérieures par l’alliance entre un chronographe dans son plus noble aspect traditionnel, avec une roue à colonnes associée à un embrayage horizontal, et un tourbillon quatre minutes à la conception novatrice et révolutionnaire.

    Quels sont cependant les effets produits par un tourbillon ' En raison de son mode même de construction, le centre de gravité du balancier et du spiral est situé légèrement à l’extérieur de l’axe de pivotement sur toute montre mécanique. Dans les positions verticales, cette caractéristique possède un inconvénient majeur car les oscillations du balancier sont perturbées par l’influence de la force d’attraction terrestre sur ce point d’équilibre excentré. La géniale invention du tourbillon a apporté une réponse à ce problème en disposant le balancier dans une cage en rotation permanente autour de son axe. Ainsi, le centre de gravité décentré accomplit également une révolution autour du point de pivotement dans le même laps de temps. De ce fait, l’effet d’accélération provoqué par la force d’attraction terrestre sur le centre de gravité pendant les premiers 180 degrés est compensé par l’effet analogue de freinage exercé au cours de la seconde moitié de la rotation. Ce dispositif égalise donc la précision de marche du mouvement au cours de l’unité temporelle représentée par chaque révolution de la cage.

    Ce prodigieux mécanisme connaît désormais un nouveau perfectionnement sur le Chronographe ExoTourbillon. Le balancier a été déplacé hors de la cage tournante afin d’isoler ce dernier des mouvements perturbateurs de l’échappement. Cette séparation a rendu possible la création du premier tourbillon au monde dont la cage tournante est plus petite que le balancier, qui oscille sur un niveau supérieur à l’extérieur de la cage. Cette singularité de construction explique également le nom de la montre qui provient du grec exo = extérieur. Dans cette configuration hors du commun, le balancier pivote entre 2 amortisseurs alors que la cage pivote indépendamment entre deux pierres.

    Les considérations qui ont présidé à l’adoption de cette architecture extrêmement complexe résident dans la taille et la masse traditionnellement importantes du balancier, qui auraient requis une cage aux dimensions tout aussi imposantes si elle avait dû abriter un balancier conventionnel. Toutefois, une cage plus petite possède une masse réduite et nécessite donc une énergie moindre pour accomplir son mouvement de rotation. En outre, la cage tournante est libérée du poids du balancier, un avantage qui se traduit par une nouvelle réduction des dépenses en énergie. Par rapport aux constructions habituelles, le gain s’élève à environ 30% et la force rendue ainsi disponible peut être utilement employée à assurer le bon déroulement des fonctions du chronographe.

    Cette disposition se révèle bénéfique à plus d’un titre : une fois disposé hors de la cage tournante, le balancier n’est plus influencé par l’inertie de la cage et peut donc décrire ses amplitudes avec une précision accrue. Cette invention correspond ainsi en tous points à la mission fondamentale de l’Institut Minerva : la préservation de l’authentique tradition horlogère Suisse tout en l’associant avec des innovations continuelles afin d’assurer l’avenir de cette science et de cet art. Il va de soi que cette découverte a fait l’objet d’une demande de brevet et qu’elle est exclusivement réservée aux garde-temps de la Collection Villeret 1858 de Montblanc. Elle offre au propriétaire d’un Chronographe ExoTourbillon le merveilleux spectacle d’un grand balancier à vis, qui oscille librement dans toute sa splendeur et tourne autour de son axe, sans être entravé dans ses mouvements par les étroites limites d’une cage de tourbillon. Et c’est avec cette assurance propre aux achèvements exceptionnels qu’il se présente fièrement aux regards dans une grande ouverture pratiquée sur le cadran à 12 heures, au-dessus d’une platine minutieusement perlée à la main.

    Un chronographe à tourbillon au visage de régulateur

    Le cadran lui-même se présente dans la configuration spécifique aux régulateurs, avec la grande aiguille des minutes et l’aiguille des secondes du chronographe qui partagent un axe commun au centre de la montre alors que les heures sont décentrées dans un compteur situé dans la moitié inférieure de la montre. Les autres indications complètent une disposition qui évoque un système solaire en miniature, avec le Soleil doré (le tourbillon) à 12 heures, la Terre à 6 heures et la Lune sous la forme d’un petit cadran 24 heures situé entre 4 et 5 heures (qui tient le rôle d’indicateur jour/nuit pour le deuxième fuseau horaire) ainsi que deux autres corps astraux représentés par la petite seconde à 9 heures et le compteur 30 minutes du chronographe à 3 heures. Ce dernier affichage adopte un contour en demi-lune avec deux échelles de teintes différentes de 0 à 15 et de 15 à 30 minutes, désignées tour à tour par les deux extrémités de l’aiguille, à la longueur et à la couleur distinctes.

    Un chronographe monopoussoir commandé par une roue à colonnes

    Le calibre 16.60 est un mouvement chronographe avec un grand compteur des secondes au centre, un totalisateur 30 minutes, une roue à colonnes classique et un embrayage horizontal. Les aciers du chronographe arborent une minutieuse finition manuelle. La « mise en fonction » est également effectuée à la main, en observant à micros les séquences succéssives des leviers avec la roue à colonnes et les coeurs de remise à zéro. L’accordage de ses fonctions chronographe se fait donc étape par étape, avec une précision d’un centième de millimètre. Les pièces en acier et le pont du chronographe, qui arbore la forme en V spécifique à Minerva, sont minutieusement anglés et polis à la main. Les leviers sont adoucis sur une pierre au grain fin et les ponts ornés d’un motif en côtes de Genève. Le grand balancier à vis avec spiral courbe Phillips oscille dans la fréquence classique de 18'000 alternances par heure (2,5 Hertz), qui permet de mesurer les intervalles de temps avec une précision d’un cinquième de seconde. Le chronographe est actionné par l’entremise d’un poussoir situé dans la couronne, qui commande les fonctions démarrage, arrêt et remise à zéro par pressions successives.

    Deuxième fuseau horaire et indication jour/nuit

    Les grands voyageurs apprécieront assurément l’affichage d’un second fuseau horaire sur le Chronographe ExoTourbillon. Il se lit sur l’affichage distinct des heures à l’aide de l’aiguille squelettée des heures, réservée à l’heure locale, alors que l’aiguille bleuie située au-dessous indique l’heure de résidence habituelle. Lorsque le propriétaire de la montre séjourne dans son domicile habituel, les deux aiguilles sont parfaitement superposées. Dès qu’il change de fuseau horaire, il lui suffit de régler l’heure locale par sauts d’une heure par l’entremise d’un poussoir situé à 8 heures. Le petit cadran 24 heures, doté d’une aiguille bleuie et d’une indication jour/nuit, continuera de l’informer sans risque d’erreur sur l’heure de son lieu de résidence, aussi éloigné soit-il.

    Une pièce de collection en édition limitée

    Edités en séries limitées, les chronographes de la Collection Villeret 1858 de Montblanc sont des pièces d’une grande rareté, très prisées des collectionneurs. La combinaison extrêmement inhabituelle entre un chronographe et un tourbillon ainsi que l’architecture unique de ce tourbillon accroissent encore l’attrait exercé par ce prestigieux modèle. En accord avec ce statut exceptionnel, le Chronographe ExoTourbillon n’existera qu’en pièce unique en platine, et en éditions limitées de huit pièces en or blanc 18 carats et huit pièces en or rouge (5N) 18 carats.

    Les montres en or blanc et en or rouge possèdent des cadrans en or massif, soigneusement guillochées main qui font littéralement danser la lumière. Sur la pièce unique en platine, certaines parties du cadran sont incrustées de nacre scintillante. Les imposants boîtiers au diamètre de 47 mm arborent un poli spéculaire et possèdent une lunette bombée, qui maintient un verre saphir fortement bombé aux flancs verticaux (forme chevée). Le fond en verre saphir est recouvert d’un couvercle à charnière, qui peut être ouvert au moyen d’un mécanisme breveté, dissimulé entre les attaches du bracelet. Il porte à l’extérieur les mentions gravées « Edition Limitée », « Montblanc » et « Fait main à Villeret ». L’intérieur du couvercle porte la signature « Demetrio Cabiddu Maître Horloger », le nom du directeur technique de la manufacture qui a conduit les travaux de développement du calibre 16.60. Le mouvement porte la gravure dorée « Minerva Villeret » et peut être admiré à travers le fond en verre saphir, lorsque le couvercle est ouvert. A l’évidence, le logo Montblanc n’a pas été oublié : l’étoile familière aux six branches, qui représente les six langues glaciaires de la plus haute montagne d’Europe, incarne depuis des décennies le symbole d’un artisanat européen à la qualité hors pair. Il figure sur la couronne de remontoir dans une incrustation de nacre véritable.

    Assurées de susciter la passion des véritables amateurs d’horlogerie, les nouvelles créations de la Collection Villeret 1858 de Montblanc s’accompagnent de bracelets en alligator, munis selon le modèle d’une boucle ardillon en or blanc 18 carats, or rouge 18 carats ou platine 950.
  • Marque  : Montblanc
    Collection  : Collection Villeret 1858
    Modèle  : Chronographe ExoTourbillon
    Référence  : 106164
    Nbre de pièces : 8
    Complément : Or Gris
    En vente depuis : 2010
    Prix du neuf : 205 000 €
    Diamètre : 47 mm
    Epaisseur : 16.67 mm
    Styles : Atypique
    Haute Horlogerie
    Sportif
    Types : Mécanique à remontage manuel
    Calibre : MBM16.60
    Calibre distinction : Côtes de Genève
    Complication : Indicateur Jour/Nuit
    Compteur 30 Minutes
    Chronographe Monopoussoir
    Second Fuseau Horaire (GMT)
    Tourbillon
    Petite Seconde
    Matière du boîtier : Or gris
    Particularité du boitier : Fond officier
    Fond vissé
    Fond saphir
    Forme : Ronde
    Etanchéité : 30 mètres
    Cadran : Ruthénium
    Or
    Guilloché main
    Couleur du cadran : Noir/Argent
    Affichage : Aiguilles en or
    Aiguille Chronographe des secondes en PfinodalTM
    Index : Chiffres romains
    Verre : Saphir
    Bombé
    Matière du bracelet : Alligator
    Couleur du bracelet : Noir
    Fermeture du bracelet : Boucle ardillon
    Plus de caractéristiques : Mouvement
    341 pièces
    (dont 51 pour la cage de tourbillon)
    32 rubis
    Fréquence :
    18 000 alternances / heure (2.5 Hz)
    Réserve de marche : 55 heures
    Balancier à vis
    Spiral avec courbe terminale Phillips
    Platine en maillechort rhodié. perlé des deux côtés
    Ponts en maillechort rhodié. côtes de Genève
    Rouage cerclé. doré. bras anglés dessus-dessous. moulures polies diamant
    Tourbillon :
    1 tour en 4 minutes
    Chronographe :
    Roue à colonne
    Embrayage horizontal

    Boîtier en or gris 18 carats
    Attaches : dispositif breveté d’ouverture pour le couvercle à charnière
    Boucle en or gris 18 carats