Chronographe Royal Oak Offshore

26400SO.OO.A002CA.01

Chronographe Royal Oak Offshore Agrandir l'image
Chronographe Royal Oak Offshore

Marque  : Audemars Piguet
Collection  : Royal Oak Offshore
Modèle  : Chronographe Royal Oak Offshore
Référence  : 26400SO.OO.A002CA.01
Complément : Acier - Céramique Noire
En vente depuis : 2011

26 750 €Prix neuf constaté FranceJE LA VEUX

FICHE AU FORMAT PDF

DEMANDER UN PRIX

Demande du prix pour Chronographe Royal Oak OffshoreRef. 26400SO.OO.A002CA.01

Chronographe Royal Oak Offshore

VOUS LA VOULEZ ? NOUS VOUS LA CHERCHONS!

Cette fonction est réservée aux membres privilégiés du site My-WatchSite.

Pour devenir membre, rien de plus simple !

  • Marque  : Audemars Piguet
    Collection  : Royal Oak Offshore
    Modèle  : Chronographe Royal Oak Offshore
    Référence  : 26400SO.OO.A002CA.01
    Complément : Acier - Céramique Noire
    En vente depuis : 2011
    Prix du neuf : 26 750 €
    Diamètre : 44 mm
    Epaisseur : 14.43 mm
    Styles : Sportif
    Types : Mécanique à remontage automatique
    Calibre : 3126/3840
    Calibre distinction : Côtes de Genève
    Perlage
    Complication : Compteur 12 Heures
    Petite Seconde
    Tachymètre
    Compteur 30 Minutes
    Chronographe
    Matière du boîtier : Acier inoxydable
    Particularité du boitier : Fond gravé
    Fond saphir
    Protège-poussoirs en acier inoxydable
    Lunette couronne et poussoirs en céramique noire
    Forme : Octogonale
    Etanchéité : 100 mètres
    Couleur du cadran : Noir
    Argenté
    Affichage : Aiguilles en or gris luminescentes
    Index : Bâtons
    Chiffres arabes
    Appliques anthracite en or gris
    Verre : Saphir
    Matière du bracelet : Caoutchouc
    Couleur du bracelet : Noir
    Fermeture du bracelet : Boucle ardillon
    + Plus de caractéristiques : Mouvement
    Diamètre total : 29.92 mm
    (131/4 lignes)
    Diamètre d’encageage : 26 mm
    Hauteur : 7.16 mm
    59 rubis
    365 composants
    Fréquence :
    21’600 alternances / heure
    Réserve de marche de 60 heures
    Balancier à inertie variable à huit masselottes et spiral plat
    Porte-piton mobile de type Genève
    Tige de remontoir à trois positions

    Finition : décoration de tous les composants. perlage sur la platine. rhodiage. anglage. colimaçonnage et côtes de Genève sur les ponts
    Moulures de pierre diamantées Moulures diamantées et bras anglés sur les roues
    Tour de fente de vis anglés
    Masse oscillante en or 22 carats partiellement ajourée avec traitement galvanique anthracite

    Boîtier
    Fond gravé de l’inscription Royal Oak Offshore
    Protège-poussoirs et plots de fixation en acier inoxydable

    Cadran
    Motif exclusif « Méga Tapisserie »
    Compteurs noirs
    Réhaut argenté
    Aiguilles heures et minutes anthracite en or gris facettées

    Bracelet orné de deux rainures
    Boucle en acier inoxydable

DESCRIPTION

  • CHRONOGRAPHE ROYAL OAK OFFSHORE

    Trois nouveaux garde-temps intègrent la prestigieuse lignée des chronographes Royal Oak Offshore. Taille de boîtier, éléments de design et choix des matériaux, autant de touches subtiles qui frayent une voie nouvelle où s’articulent maîtrise et puissance. C’est un parfait équilibre des forces qui caractérise ces garde-temps d’ores et déjà incontournables au sein de la collection. Les codes distinctifs demeurent – on ne saurait toucher à l’identité d’une collection légendaire, quintessence de la montre sportive, combinaison d’audace et de performance. La substance horlogère demeure également, enserrée dans un mouvement mécanique à remontage automatique dont les fnitions méritent une place d’honneur au panthéon de l’artisanat horloger.

    Le boîtier : juste démesure

    Historiquement, la Royal Oak Offshore est la grande parmi les grandes. Disproportionnée ' Titanesque ' Lors de sa création, en 1992, certains sont même allés jusqu’à dire qu’elle portait atteinte au bon goût. Eh bien, elle fut une pionnière ! Son design reprenait la forme vigoureuse de la Royal Oak, ce fameux octogone qui, en 1972, avait jeté le trouble dans le paysage paisible des montres rondes et classiques. Mais, vingt ans plus tard, la Royal Oak Offshore était plus robuste et plus masculine encore. Elle a donné son coup d’envoi au trend des montres de grande taille, trend qui n’a cessé, depuis, de creuser son sillon.

    Aujourd’hui, la collection Royal Oak Offshore réaffrme sa suprématie : le boîtier du nouveau trio mesure pas moins de quarante-quatre millimètres. Dans chacune des trois déclinaisons, le boîtier joue la carte du binôme de matières. La céramique s’y associe, dans la première avec l’acier, dans la deuxième avec le carbone forgé, dans la troisième avec l’or rose. Le carbone forgé est un matériau emprunté à l’aéronautique que la Manufacture Audemars Piguet a été la première à introduire dans la Haute Horlogerie. Si la céramique a été retenue pour la lunette – la partie de la montre la plus exposée aux chocs et par conséquent aux rayures –, c’est à cause de sa résistance et de sa dureté. Le degré de finition appliqué à ce matériau mérite d’être souligné car, si l’horlogerie affectionne particulièrement ce matériau, rares sont ceux qui le terminent avant tant de soins. Des meules diamantées enlèvent des centièmes de matière de sorte à obtenir la même finesse de détails que sur l’acier, mais il s’agit ici de multiplier les opérations, autrement plus délicates et beaucoup plus gourmandes en temps.

    Le contraste des matériaux permet de souligner la prestance des carrures quarante-quatre millimètres. En somme, avec leur surface animée d’un décor satiné vertical et leurs biseaux polis, les lunettes en céramique retrempent le caractère de l’octogone. Celui-ci est ponctué de ses huit vis hexagonales en acier poli, comme le prescrivent les codes de la collection. Il est reconnaissable entre mille, toujours imité mais jamais égalé ! Le fanc droit de la montre a été l’objet d’attentions particulières. Les protège-poussoirs ne font pas partie du boîtier. Ils constituent au contraire deux pièces distinctes, rapportées au boîtier par quatre vis apparentes. Les poussoirs, de même, se composent de deux parties : une base et une coiffe qui sert de surface de contact. La construction est donc des plus complexes et nécessite un nombre élevé d’opérations, ce d’autant plus que ces pièces abondent en fnitions. Les protège-poussoirs sont microbillés et satinés, tandis que, côté poussoirs, la base est microbillée avec coiffe satinée et polie. Ainsi, il s’agit de bien plus que d’un simple changement de taille. C’est toute l’esthétique du boîtier qui a été retravaillée. Avec la netteté de ses arêtes, il impose un chronographe aux lignes tendues, sculpté, d’où se dégagent assurance, effcacité et haute technicité.

    Le cadran : épure moderne

    Les cadrans adoptent un style des plus sobres. Rien n’y est purement décoratif, tout est pensé pour favoriser la lisibilité. Ils arborent des aiguilles facettées, en or gris ou rose, avec dépôt luminescent. Les index sont des index appliques, facettés, en or gris ou rose avec dépôt luminescent. Quant aux couleurs, contrastées, elles visent principalement à rendre la lecture plus aisée : cadran et réhaut argentés avec compteurs noirs et index anthracite pour l’acier ; cadran et réhaut noirs avec compteurs argentés et index en or rose pour la version or rose. Sur le modèle en carbone forgé, où le noir domine, c’est le vert luminescent, caractéristique des instruments de mesure, qui fait ressortir les index. Les indications du chronographe se démarquent par des touches de rouge, celles des aiguilles des compteurs du chronographe et celle de la trotteuse. Chacun des cadrans reconduit le motif « Méga Tapisserie », signature originale de la collection. Le bracelet respecte aussi dûment les codes: il est en caoutchouc noir et creusé de rainures.

    Le mouvement : splendide mécanique

    Retournons la montre et admirons, à travers le fond transparent du boîtier, le mécanisme qui scande ses battements. Élaboré d’après le calibre Manufacture 3120, le calibre 3126/3840 se distingue par une très grande fabilité. Son pont de balancier traversant assure une meilleure résistance aux chocs. Quant au réglage, il demeure stable grâce à un balancier à inertie variable doté de huit masselottes. En outre, le 3126/3840 garantit un agréable confort d’utilisation, notamment du fait d’un quantième à saut instantané et correction rapide, d’une réserve de marche de 60 heures et d’un mécanisme de mise à l’heure muni du stop seconde.

    Saluons encore le raffnement de sa découpe et le soin apporté à la facture de ce calibre. Assemblé à la main dans les ateliers du Brassus, il peut se vanter d’une exceptionnelle qualité d’exécution et de fnition. Les ponts, disposés de façon élégante et harmonieuse, sont minutieusement anglés et polis, de sorte à ne présenter que des arêtes à vif. Les moulures de pierres sont diamantées. Les roues arborent des bras anglés et des moulures diamantées. Même le tour et les fentes des vis sont anglés. Pour ce qui est de la décoration – réalisée manuellement – la platine est perlée sur les deux faces et les ponts sont ornés de côtes de Genève.

    Enfin, la masse oscillante, nouvellement développée, est un monobloc en or 22 carats. Le sigle AP est entouré de deux ajourages fnis en biseau. Le tout bénéfcie d’un traitement galvanique anthracite en ligne avec l’esprit sportif et technique de la collection.
  • CHRONOGRAPHE ROYAL OAK OFFSHORE

    Trois nouveaux garde-temps intègrent la prestigieuse lignée des chronographes Royal Oak Offshore. Taille de boîtier, éléments de design et choix des matériaux, autant de touches subtiles qui frayent une voie nouvelle où s’articulent maîtrise et puissance. C’est un parfait équilibre des forces qui caractérise ces garde-temps d’ores et déjà incontournables au sein de la collection. Les codes distinctifs demeurent – on ne saurait toucher à l’identité d’une collection légendaire, quintessence de la montre sportive, combinaison d’audace et de performance. La substance horlogère demeure également, enserrée dans un mouvement mécanique à remontage automatique dont les fnitions méritent une place d’honneur au panthéon de l’artisanat horloger.

    Le boîtier : juste démesure

    Historiquement, la Royal Oak Offshore est la grande parmi les grandes. Disproportionnée ' Titanesque ' Lors de sa création, en 1992, certains sont même allés jusqu’à dire qu’elle portait atteinte au bon goût. Eh bien, elle fut une pionnière ! Son design reprenait la forme vigoureuse de la Royal Oak, ce fameux octogone qui, en 1972, avait jeté le trouble dans le paysage paisible des montres rondes et classiques. Mais, vingt ans plus tard, la Royal Oak Offshore était plus robuste et plus masculine encore. Elle a donné son coup d’envoi au trend des montres de grande taille, trend qui n’a cessé, depuis, de creuser son sillon.

    Aujourd’hui, la collection Royal Oak Offshore réaffrme sa suprématie : le boîtier du nouveau trio mesure pas moins de quarante-quatre millimètres. Dans chacune des trois déclinaisons, le boîtier joue la carte du binôme de matières. La céramique s’y associe, dans la première avec l’acier, dans la deuxième avec le carbone forgé, dans la troisième avec l’or rose. Le carbone forgé est un matériau emprunté à l’aéronautique que la Manufacture Audemars Piguet a été la première à introduire dans la Haute Horlogerie. Si la céramique a été retenue pour la lunette – la partie de la montre la plus exposée aux chocs et par conséquent aux rayures –, c’est à cause de sa résistance et de sa dureté. Le degré de finition appliqué à ce matériau mérite d’être souligné car, si l’horlogerie affectionne particulièrement ce matériau, rares sont ceux qui le terminent avant tant de soins. Des meules diamantées enlèvent des centièmes de matière de sorte à obtenir la même finesse de détails que sur l’acier, mais il s’agit ici de multiplier les opérations, autrement plus délicates et beaucoup plus gourmandes en temps.

    Le contraste des matériaux permet de souligner la prestance des carrures quarante-quatre millimètres. En somme, avec leur surface animée d’un décor satiné vertical et leurs biseaux polis, les lunettes en céramique retrempent le caractère de l’octogone. Celui-ci est ponctué de ses huit vis hexagonales en acier poli, comme le prescrivent les codes de la collection. Il est reconnaissable entre mille, toujours imité mais jamais égalé ! Le fanc droit de la montre a été l’objet d’attentions particulières. Les protège-poussoirs ne font pas partie du boîtier. Ils constituent au contraire deux pièces distinctes, rapportées au boîtier par quatre vis apparentes. Les poussoirs, de même, se composent de deux parties : une base et une coiffe qui sert de surface de contact. La construction est donc des plus complexes et nécessite un nombre élevé d’opérations, ce d’autant plus que ces pièces abondent en fnitions. Les protège-poussoirs sont microbillés et satinés, tandis que, côté poussoirs, la base est microbillée avec coiffe satinée et polie. Ainsi, il s’agit de bien plus que d’un simple changement de taille. C’est toute l’esthétique du boîtier qui a été retravaillée. Avec la netteté de ses arêtes, il impose un chronographe aux lignes tendues, sculpté, d’où se dégagent assurance, effcacité et haute technicité.

    Le cadran : épure moderne

    Les cadrans adoptent un style des plus sobres. Rien n’y est purement décoratif, tout est pensé pour favoriser la lisibilité. Ils arborent des aiguilles facettées, en or gris ou rose, avec dépôt luminescent. Les index sont des index appliques, facettés, en or gris ou rose avec dépôt luminescent. Quant aux couleurs, contrastées, elles visent principalement à rendre la lecture plus aisée : cadran et réhaut argentés avec compteurs noirs et index anthracite pour l’acier ; cadran et réhaut noirs avec compteurs argentés et index en or rose pour la version or rose. Sur le modèle en carbone forgé, où le noir domine, c’est le vert luminescent, caractéristique des instruments de mesure, qui fait ressortir les index. Les indications du chronographe se démarquent par des touches de rouge, celles des aiguilles des compteurs du chronographe et celle de la trotteuse. Chacun des cadrans reconduit le motif « Méga Tapisserie », signature originale de la collection. Le bracelet respecte aussi dûment les codes: il est en caoutchouc noir et creusé de rainures.

    Le mouvement : splendide mécanique

    Retournons la montre et admirons, à travers le fond transparent du boîtier, le mécanisme qui scande ses battements. Élaboré d’après le calibre Manufacture 3120, le calibre 3126/3840 se distingue par une très grande fabilité. Son pont de balancier traversant assure une meilleure résistance aux chocs. Quant au réglage, il demeure stable grâce à un balancier à inertie variable doté de huit masselottes. En outre, le 3126/3840 garantit un agréable confort d’utilisation, notamment du fait d’un quantième à saut instantané et correction rapide, d’une réserve de marche de 60 heures et d’un mécanisme de mise à l’heure muni du stop seconde.

    Saluons encore le raffnement de sa découpe et le soin apporté à la facture de ce calibre. Assemblé à la main dans les ateliers du Brassus, il peut se vanter d’une exceptionnelle qualité d’exécution et de fnition. Les ponts, disposés de façon élégante et harmonieuse, sont minutieusement anglés et polis, de sorte à ne présenter que des arêtes à vif. Les moulures de pierres sont diamantées. Les roues arborent des bras anglés et des moulures diamantées. Même le tour et les fentes des vis sont anglés. Pour ce qui est de la décoration – réalisée manuellement – la platine est perlée sur les deux faces et les ponts sont ornés de côtes de Genève.

    Enfin, la masse oscillante, nouvellement développée, est un monobloc en or 22 carats. Le sigle AP est entouré de deux ajourages fnis en biseau. Le tout bénéfcie d’un traitement galvanique anthracite en ligne avec l’esprit sportif et technique de la collection.
  • Marque  : Audemars Piguet
    Collection  : Royal Oak Offshore
    Modèle  : Chronographe Royal Oak Offshore
    Référence  : 26400SO.OO.A002CA.01
    Complément : Acier - Céramique Noire
    En vente depuis : 2011
    Prix du neuf : 26 750 €
    Diamètre : 44 mm
    Epaisseur : 14.43 mm
    Styles : Sportif
    Types : Mécanique à remontage automatique
    Calibre : 3126/3840
    Calibre distinction : Côtes de Genève
    Perlage
    Complication : Compteur 12 Heures
    Petite Seconde
    Tachymètre
    Compteur 30 Minutes
    Chronographe
    Matière du boîtier : Acier inoxydable
    Particularité du boitier : Fond gravé
    Fond saphir
    Protège-poussoirs en acier inoxydable
    Lunette couronne et poussoirs en céramique noire
    Forme : Octogonale
    Etanchéité : 100 mètres
    Couleur du cadran : Noir
    Argenté
    Affichage : Aiguilles en or gris luminescentes
    Index : Bâtons
    Chiffres arabes
    Appliques anthracite en or gris
    Verre : Saphir
    Matière du bracelet : Caoutchouc
    Couleur du bracelet : Noir
    Fermeture du bracelet : Boucle ardillon
    Plus de caractéristiques : Mouvement
    Diamètre total : 29.92 mm
    (131/4 lignes)
    Diamètre d’encageage : 26 mm
    Hauteur : 7.16 mm
    59 rubis
    365 composants
    Fréquence :
    21’600 alternances / heure
    Réserve de marche de 60 heures
    Balancier à inertie variable à huit masselottes et spiral plat
    Porte-piton mobile de type Genève
    Tige de remontoir à trois positions

    Finition : décoration de tous les composants. perlage sur la platine. rhodiage. anglage. colimaçonnage et côtes de Genève sur les ponts
    Moulures de pierre diamantées Moulures diamantées et bras anglés sur les roues
    Tour de fente de vis anglés
    Masse oscillante en or 22 carats partiellement ajourée avec traitement galvanique anthracite

    Boîtier
    Fond gravé de l’inscription Royal Oak Offshore
    Protège-poussoirs et plots de fixation en acier inoxydable

    Cadran
    Motif exclusif « Méga Tapisserie »
    Compteurs noirs
    Réhaut argenté
    Aiguilles heures et minutes anthracite en or gris facettées

    Bracelet orné de deux rainures
    Boucle en acier inoxydable