liserer liserer
liserer Oris
liserer
liserer liserer

L'histoire de Oris

1904 : La fabrique de montres Oris est fondée en 1904 à Hölstein par Paul Cattin et Georges Christian. Les deux hommes, originaires de la cité horlogère du Locle, dans le Jura suisse, reprennent les activités de la fabrique de montres Lohner & Co, récemment fermée, en débutant avec 24 employés.

Oris est le nom d'un ruisseau et d'un vallon situés dans les environs d'Hölstein, dans le nord-ouest de la Suisse.

1906 : En 1906, Oris ouvre la première de ses dix futures succursales en Suisse.

1911 : En 1911, Oris occupe plus de 300...

LIRE LA SUITE

LES COLLECTIONS

Résultats 1 - 84 sur 84.
Résultats 1 - 84 sur 84.

L'histoire de Oris

1904 : La fabrique de montres Oris est fondée en 1904 à Hölstein par Paul Cattin et Georges Christian. Les deux hommes, originaires de la cité horlogère du Locle, dans le Jura suisse, reprennent les activités de la fabrique de montres Lohner & Co, récemment fermée, en débutant avec 24 employés.

Oris est le nom d'un ruisseau et d'un vallon situés dans les environs d'Hölstein, dans le nord-ouest de la Suisse.

1906 : En 1906, Oris ouvre la première de ses dix futures succursales en Suisse.

1911 : En 1911, Oris occupe plus de 300 employés à Hölstein; la firme construit pour eux des immeubles et des appartements et ne tarde pas à devenir le principal employeur de la région. Cette image de 1929 réunit les fabriques Oris réparties en six lieux différents: Hölstein (1904 et 1929), Côme (1908), Courgenay (1917), Herbetswil (1925), Ziefen (1925) et Holderbank (1906). Au premier plan, les logements des employés Oris à Hölstein.

1925 : A partir de 1925, grâce à l'ouverture de sa propre usine de galvanoplastie, Oris se spécialise dans la fabrication de montres d'excellente qualité proposées à des prix très compétitifs. Oris commence à transformer ses montres de poche en véritables montres-bracelets en les dotant de simples attaches sur le boîtier. Les modèles Oris équipés de mouvements à ancre à chevilles rencontrent un succès croissant, notamment en Angleterre, et de là dans toutes les colonies anglaises ainsi qu'en Amérique du Sud.

1928
: Georges Christian meurt en 1927. Peu après, la firme est transformée en société par actions. Oscar Herzog, beau-frère de Georges Christian, reprend la direction; il poursuivra le développement d'Oris pendant 43 ans (1928 - 1971).

1937 : En 1937, Oris ouvre une fabrique de cadrans à Bienne, en Suisse.

1938 : Manufacture intégrée, Oris fabrique elle-même ses échappements. Cette tâche exigeante est confiée à des femmes expertes, très bien rémunérées.

1941 : Durant 40 ans (1941 - 1981), Oris propose à ses employés un restaurant d'entreprise.

1942 : Les composants du mouvement fabriqués en laiton sont durcis afin de garantir précision et fiabilité à long terme.

1944 : Ce document du 'Contrôle suisse des métaux précieux», daté de 1944, atteste de la très haute qualité du plaqué or des boîtiers Oris. La perfection du dorage Oris est vite reconnue dans le monde entier.

1946 : De 1946 à 1981, dix bus Oris amènent jusqu'à 800 employés sur les divers sites de production.

1949 : L'étanchéité à l'eau devient un argument de vente toujours plus important. A partir de 1949, toutes les montres étanches Oris portent le sceau 'waterproof».

1952 : En 1952, Oris lance le Calibre 601, avec remontage automatique et affichage de la réserve de marche. Un mouvement d'exception encore très prisé de nos jours.

1961 : Pour répondre à la croissance de la production, le bâtiment d'origine (1904) est constamment agrandi. Dans les années 1960, avec près de 800 employés, Oris figure parmi les dix principaux fabricants horlogers suisses.

1966
: En 1966, Oris lance le fameux Calibre 645 automatique, doté de 25 rubis et d'un échappement à ancre. Cet 'éclaté» montre la construction du mouvement.

1968 : En 1968, l''Observatoire astronomique et chronométrique» de Neuchâtel/Suisse décerne au Calibre Oris 652 un certificat de chronomètre - la plus haute distinction en matière de précision.

1970 : En 1970, les actions sont vendues à ASUAG, premier groupe horloger suisse (actuel Swatch Group). Oris se voit attribuer une 'niche» étroitement définie: celle des montres bon marché. Une stratégie sans grand succès. La crise de l'industrie horlogère, à la fin des années 70, frappe donc la firme de plein fouet. Malgré sa production de montres à quartz toujours moins chères, elle n'a d'autre choix que de licencier des employés et fermer des filiales.


1982 : En 1982, tournant décisif: les activités d'Oris sont reprises par l'équipe de direction, avec Rolf Portmann comme président et Ulrich W. Herzog comme directeur général.

1984 : En 1984, le fameux calendrier à aiguille centrale Oris 'Pointer» revient sur le devant de la scène; les 'trendsetters» japonais, lassés des gadgets électroniques à affichages LED ou LCD, sont séduits par son caractère et sa vie mécanique. Ulrich W. Herzog se rend régulièrement au Japon et il est surpris par la passion du public pour les montres mécaniques. L'économie nippone a une longueur d'avance dans de nombreux domaines, mais Oris se donne pour défi de conquérir ces consommateurs ultra-exigeants en se recentrant sur la 'high-mech». C'est le début d'un nouveau positionnement: Oris veut devenir le premier fabricant mondial de montres mécaniques offrant des mouvements raffinés à des prix très compétitifs.

1988 : Oris décline dans sa publicité les divers 'visages' du temps. La firme lance une série d'innovations techniques et esthétiques sans précédent.

1991 : 1991 voit la naissance du mouvement à complications Calibre 581, avec phases de lune, jour, date et second fuseau horaire. Un mouvement encore très prisé au sein de la collection actuelle.

1994 : Oris célèbre son 90ème anniversaire.

1996 : La stratégie de communication Oris prend un tournant capital avec le premier grand sponsoring de la marque: le 'Oris London Jazz Festival» 1996. Cet événement marque le début des relations très étroites entre Oris et l'univers du jazz. Depuis lors, Oris rend hommage à des artistes de premier plan comme Louis Armstrong, Miles Davis, Duke Ellington, Charlie Parker, Lionel Hampton ou McCoy Tyner en lançant chaque année des montres exclusives en éditions limitées.

1997 : Après 155 ans de tutelle britannique, la colonie de Hong-Kong est rétrocédée à la Chine, dont elle devient une 'région administrative spéciale». Oris célèbre cet événement historique en créant une édition spéciale de 250 montres commémoratives Hong-Kong.

1998 : Oris se concentre toujours plus sur l'esthétique de ses montres, avec pour ambition de s'imposer comme référence au niveau du design. Les montres Oris adoptent un style sobre, typé et résolument contemporain, sous le mot d'ordre 'la forme suit la fonction».

1999 : En créant la montre high-mech automatique BC3, Oris donne un nouveau visage au style Big Crown. Un look jeune, ouvert, tonique. Les lignes sobres du boîtier en acier brossé, entièrement redessiné, s'harmonisent en beauté avec le design fluide du bracelet métallique comme avec l'allure sportive du bracelet en caoutchouc.

2000 : En 2000, Oris célèbre Louis Armstrong avec une montre 'jazz» en deux éditions limitées. Louis Armstrong fut le roi du jazz - 'Satchmo the Great». Il fut un pionnier du swing, popularisa le fameux style de chant 'scat» et créa des solos de trompette inoubliables.

2001 : En 2001, la pilote anglaise Polly Vacher réalise un exploit en bouclant le tour du monde en solitaire à bord de son monomoteur Piper Dakota.

2002 : En 2002, Oris s'associe avec le pilote de Formule1 Allan McNish.

2003 : Oris signe un accord pour devenir le partenaire horloger exclusif du BMW WilliamsF1 Team.

2004 : En 2004, pour fêter son centenaire, Oris lance l''Oris Centennial Set 1904 Limited Edition». Ce coffret exclusif comprend une Artelier Worldtimer en acier et un réveil huit jours. Il est limité à 1904 exemplaires numérotés individuellement. Ralf Schumacher, pilote de Formule 1 au sein du BMW WilliamsF1 Team, devient le nouvel ambassadeur d'Oris. La marque lance une montre exclusive portant son nom: la Ralf Schumacher Edition limitée Chronographe.

2005 : Oris renforce son sponsoring en inscrivant son nom sur les bolides de course. La marque lance deux nouvelles éditions limitées dans la collection WilliamsF1 Team: la Oris WilliamsF1 Team 'Lefty» (gaucher) Edition limitée et la Oris Mark Webber Edition limitée Chronographe.

2006 : Oris signe un partenariat avec le recordman mondial de plongée libre Carlos Coste. Ce Vénézuélien, qui pulvérise régulièrement tous les records de plongée en apnée (sans bouteille d'oxygène), devient l'ambassadeur de la marque. En mai 2006, Carlos Coste bat le record du monde dans la discipline 'poids variable» en atteignant la profondeur de -140 m. Peter Vacher voit se réaliser l'un de ses plus beaux rêves: son UP-W reprend son envol depuis l'aéroport de Cambridge. C'est l'histoire fabuleuse de la découverte et de la restauration d'un Hurricane R4118. Partenaire horloger officiel du WilliamsF1 Team, Oris rend hommage à l'étoile montante de la Formule 1 Nico Rosberg en lui dédiant une montre high-mech au look ultrasportif. Cette Oris Nico Rosberg Edition limitée, avec boîtier en titane, reflète toute la précision, les performances et la passion des compétitions de Grands Prix.

MONTRES ICONIQUES

Le rotor rouge d’Oris 

Oris a choisi pour signe distinctif un élément primordial du calibre automatique qui équipe maintenant la majorité de ses modèles.

Remontez... le temps

Fondée en 1904 à Hölstein en Suisse, Oris a, depuis sa création, érigé le mouvement mécanique comme signe distinctif de sa production, et pour cause… A la différence de certaines autres Maisons horlogères, Oris n’élabore que des garde-temps équipés de ce type de calibre. Et si avant 1952, on ne trouve que du mécanisme à remontage manuel, après cette année charnière Oris commence à équiper ses instruments d’un mécanisme à remontage automatique qui aujourd’hui se trouve être présent à hauteur de 95 % dans sa production globale.

Pour le revendiquer “haut et fort” et dans le but aussi de prévenir d’éventuelles contrefaçons, naît en 2002 le concept “High mech” d’Oris, visuellement traduit par une masse oscillante - teintée rouge - et dont les oscillations transmettent l’énergie nécessaire au fonctionnement de l’organe réglant.

Visible par le fond muni d’un verre transparent, ce rotor incarne une véritable marque de fabrique, gage d’un savoir-faire certain. Sur le nouveau chronographe TT3, cet élément s’impose d’autant plus que la pièce est en titane traité noir.

La Big Crown d’Oris

 

La légendaire montre Big Crown est à l’origine d’une collection Oris destinée avant tout aux pilotes d’avion.

 

Créée au cours de la Seconde Guerre Mondiale pour les pilotes américains de l’Army Air Force, la montre à grande couronne avait pour but de faciliter le réglage de l’heure à 10 000 mètres d’altitude, lorsque les combattants partaient en mission à bord d’avions non chauffés, munis de leurs épais gants de cuir.

La taille beaucoup plus importante de la couronne et son moletage spécifiques permettant, de fait, une meilleure préhension au moment du réglage.

Précisons qu’historiquement, ces montres dédiées aux pilotes se distinguaient également par la présence d’un mouvement doté d’un calendrier à aiguille centrale (Pointer Date) inventé par la Maison en 1938.

C’est en 1986 qu’un modèle à grande couronne au contour cannelé et portant le nom d’Oris Big Crown voit le jour au sein de la collection. Ce classique de la Maison devenu un véritable best-seller se décline aujourd’hui en de multiples versions, à l’image de cette BC4 Small Second avec Pointer Day, car cette fois c’est le jour qui est pointé par aiguille. A noter que le boîtier est tout particulièrement inspiré de l’instrumentation aéronautique.